PARTAGER

Le nouveau président philippin, Rodrigo Duterte, élu en mai 2016 est décidé à respecter sa promesse électorale. Quelque soient les risques encourus. Et pour cause! Elu pour “nettoyer” le pays de la drogue et des réseaux, le président Duterte ne lésine pas sur les moyens pour atteindre ses objectifs, au risque de se faire critiquer par les occidentaux.

«Les trafiquants de drogue, les kidnappeurs, les voleurs, trouvez-les tous et arrêtez-les. S’ils résistent, tuez-les tous (…) Croyez-moi, je n’en ai rien à faire, des droits de l’homme.» avait déclaré le nouvel homme fort du pays

Pendant sa campagne il avait affirmé vouloir tuer 100.000 criminels pour mettre fin aux réseaux de drogue en quelques mois. Critiqué par l’ONU, le président n’a pas frémi en affirmant qu’ils étaient tous des “fils de pute“.

Depuis sa prise de pouvoir 1900 personnes ont déjà été tuées dans le cadre de la lutte contre la drogue, et 500.000 personnes se sont rendues à la police pour ne pas être tuées. Des policiers, des juges et des politiciens sont sous le coup de plusieurs enquêtes pour corruption ou trafic de drogues. Et M. Duterte avertit, si ces hommes résistent, ils seront abattus.

Les méthodes du président sont très critiquées dans le monde occidental, mais ce dernier semble ne pas vouloir changer de fusil d’épaule tant que son objectif n’est pas atteint.

PARTAGER

3 Commentaires

  1. Voila un Avocat-President qui regne au lieu de presider selon la constitution de son pays. La justice est une arme d’intimidation, de prevention, de correction, de repression plus haute ou forte. Ces cheminements devraient etre suivis sans faiblesse avant que les sentences supremes interviennent.
    Alors, que se passe-t-il aux Philippines?

  2. J’ai rencontré sa fille et elle est aussi forte que son génital, elle n’hésite pas à gifler en pleine rue le directeur de la police nationale.
    Bravo Duterte : Les dealers sont tous des mother fuckers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here