Après le Burundi, l’Afrique du Sud annonce son retrait de la CPI

Nouveau camouflet pour la Cour pénale internationale. Après la promulgation de la loi portant retrait de la CPI par le président burundais Pierre Nkurunziza, l’Afrique du Sud semble décider à lui emboîter le pas.

Pour rappel, réprimandé il y’a quelques mois pour n’avoir pas arrêter le président soudanais Omar El Béchir, l’Afrique du Sud avait émis l’idée de quitter l’instance internationale si ce genre de situations se représentait. Sans attendre une nouvelle brouille, la nation arc-en-ciel a donc annoncé son retrait.

Lire Afrique du Sud : bras de fer Ua- Cpi autour du sort d’El-Béchir

L’information a été donnée par le ministre sud-africain de la Justice, Michael Masutha: «Prétoria a annoncé par écrit au secrétaire général de l’ONU son retrait ». C’est un nouveau coup dur pour la CPI qui doit depuis quelques années affronter les frondes de nombreux pays africains qui l’accuse de ne juger que des ressortissants du continent noir. Outre cette accusation, plusieurs pays occidentaux dont les USA n’ont pas ratifié le traité de la CPI.

Les détracteurs de la cour parlent ainsi de justice pour les pauvres et les noirs.

 

Articles similaires:

6 Commentaires

  1. Que l’Afrique se réveille et qu’elle soit unie contre cette justice de la CPI, à plusieurs vitesses !
    Non seulement archaïque, mais inutile et sans amélioration !
    Ils prétendent punir, mais les faits ont déjà été commis ! Les victimes sont déjà morts !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.