Philippines : le Président Duterte s’en prend (encore) à Barack Obama

Partages

Entre le Président Américain Barack Obama et son homologue des Philippines, Rodrigo Duterte ce n’est pas l’amour fou. Tout le monde le savait. Mais la récente déclaration du Président Duterte en pleine campagne militaire conjointe entre son pays et les USA remettent au goût du jour la relation très peu amicale qui lie les deux hommes.

Rodrigo Duterte s’est donné une mission, éliminer les narcotrafiquants de son pays, vaille que vaille. Et pour atteindre cet objectif qu’il s’est fixé il est prêt à s’en prendre à tous ceux qui essaient de lui mettre des bâtons dans les roues. Oubliant sans sourciller les langages diplomatiques, le nouveau leader philippin s’adonne à cœur joie aux insultes, y compris contre les dirigeants les plus puissants de ce monde, Barack Obama en tête!

Lire Traité de fils de pute, Obama annule une rencontre avec le président philippin

En effet, après l’avoir récemment traité de fils de pute, Rodrigo Duterte a affirmé que Barack Obama pouvait aller au diable. Il faut rappeler que les Philippines et les USA sont liés par un traité de défense mutuelle qui permet aux premiers de renforcer les capacités de leurs forces armées, et aux seconds de contrer l’influence de la Chine dans la région. Si pour l’heure aucune annonce n’est venue confirmer une rupture effective des relations entre les deux pays, le président Duterte a toutefois menacé de rompre les relations avec les USA pour se tourner vers la Russie et la Chine, qui, selon lui, sont plus respectueux des peuples.

Les deux pays ont lancé une vaste manoeuvre militaire commune dans le cadre de leur traité. Pour Duterte, si les pays occidentaux veulent l’empêcher de mener à bien sa mission, Obama pouvait aller en enfer, et l’Union Européenne devrait choisir le purgatoire.

Du côté américain, on minimise une fois encore les propos de Duterte, pointant du doigt la solide relation militaire entre les deux pays.

Articles similaires:

2 Commentaires

  1. Je ne comprends pas pourquoi vous journalistes en France aviez parlé du Président Duterte mais il n’y pas un moment où vous parlez de la sénatrice Leila De Lima qui est considérée par la majorité des Philippins comme une protectrice des Barons de la Drogue dans la plus dangereuse prison aux Philippines. Voir sur google – Drug trafficking charges files vs De Lima, 7 others et sur You Tube – Gangs control Bilibid prison in Manila with blessing of Leila De Lima covered by US ex –mafia Insider Lou Ferrente.

  2. Des propos orduriers du genre sortis de la bouche d’un 1er responsable ne peut être minimisé afin que le principe béninois s’applique:
    “Quand un fou t’arrache ton vêtement, laisse le lui, si non en courant après lui tu risque d’être comme “LUI””.

    Bon vent au gentleman Président OBAMA, à sa FEMME digne d’Africaine que je respecte et les deux filles.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.