Afrique du Sud : le bouclier de Zuma face au scandale

Partages

Jamais Président n’aura été autant secoué et contesté en Afrique du Sud depuis la fin de l’apartheid. Jacob Zuma, l’actuel Président sud-africain fait l’objet d’un énième vote de censure, le troisième cette année à cause d’une série de scandales de corruption.

L’objectif du vote de censure de ce jeudi 10 novembre est d’enclencher le processus de sa destitution. Mais, comme les précédentes initiatives du genre, celle-ci n’a aucune chance de succès. Le Président Zuma dispose d’un impressionnant bouclier qui protège son trône contre toute tentative de remise en cause de son mandat présidentiel. Au parlement où les députés doivent se prononcer pour ou contre la motion de censure, le Congrès  national africain (Anc) du Président Zuma a une écrasante majorité qui ne donne aucune chance à cette initiative. A lui seul, le parti au pouvoir dispose de 249 sièges sur 400. Malgré des remous contre lui au sein du parti, il a encore le soutien des ténors. Jacob Zuma est accablé par un rapport de la médiatrice de la République mettant à nu des cas de corruption dans la gestion des affaires d’Etat. Le document révèle que le régime Zuma est sous une forte influence des Gupta, une richissime famille qui aurait offert 40 millions d’euros à Mcebisi Jonas, vice-ministre sud-africain des Finances. Il y a aussi le scandale lié au réaménagement de sa résidence privée pour lequel il a été obligé de rembourser 500.000 euros.

Articles similaires:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.