Financement de l’Union africaine : le Cameroun donne l’exemple

Partages

Le Cameroun porte une initiative innovante pour le financement de l’Union africaine. Le gouvernement camerounais se prépare à soumettre à l’approbation de l’Assemblée nationale, une taxe à l’importation dénommée « Contribution d’intégration africaine (Cia) » destinée au financement des institutions de l’Union africaine.

La taxe qui sera présentée dans le cadre de la troisième session ordinaire de 2016  et de l’examen de la loi des Finances 2017,  est fixée à un taux de 0,2% de la valeur imposable des marchandises originaires des pays tiers (ne faisant pas partie de l’Union africaine). Si l’initiative du gouvernement camerounais se généralisait dans l’ensemble des pays membres de l’Ua, pour des analystes, ce serait un grand pas en avant dans l’atteinte de l’autonomisation du regroupement continental.

Dans l’opinion publique, l’Ua est souvent vue comme un instrument à la merci des bailleurs occidentaux dont elle dépend sur le plan financier. Il est aussi relevé que l’effort du Cameroun est particulièrement louable puisque le pays a vu ses revenus chuter avec la baisse du prix du pétrole.

Articles similaires:

1 Commentaire

  1. Cette initiative a déjà été proposée par l’ex-Président Gbagbo Laurent. Mais n’étant plus au pouvoir, cette proposition a été mise dans les tiroirs de l’UA. Merci donc Paul pour la résurrection de cette idée.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.