Maroc, Turquie, Japon, Corée du Sud, Israel : Ruée vers l’Afrique noire

AP Photo

Alors que pendant deux bonnes décennies, l’Afrique, en particulier l’Afrique noire était considérée comme un boulet, en 2016, plusieurs pays insoupçonnés veulent s’allier avec elle. Retour sur une année chargée en visites officielles, en partenariats et en sommets africains.

L’Afrique noire n’est pas encore sortie de l’auberge qu’il y’a déjà une file d’attente devant. Et pour cause, plusieurs pays qui gardent d’ordinaire des rapports diplomatiques basiques, voire pas du tout de rapport avec elle se positionnent désormais en partenaires privilégiés du continent.

La Turquie, le Japon, la Corée ou encore Israël se sont illustrés ces derniers mois, qui par des visites officielles (Le premier ministre israélien a notamment fait une tournée très médiatisée au Rwanda et au Kenya), qui par l’organisation de sommets (la Turquie, dernière en date a livré, par la voix du président Erdogan un discours digne des plus grands panafricanistes).

Quant au Maroc, qui avait claqué avec dédain les portes de l’organisation de l’unité africaine devenue Union Africaine, revient lentement mais sûrement comme si de rien n’était.

Mais pourquoi donc cette ruée vers l’Afrique noire? Bien que toujours en majorité pauvres, les pays de l’Afrique subsaharienne, de l’Afrique centrale et australe connaissent depuis quelques années un fort taux de croissance. Outre cela, l’émergence d’une classe moyenne forte dans ces pays, donne l’occasion aux entreprises de ces pays de trouver de nouveaux marchés sur un continent qui a longtemps été l’apanage des européens.

Quoiqu’il en soit, une incroyable opportunité s’offre ainsi à l’Afrique noire poussée par une jeunesse dynamique et déterminée nourrie au mondialisme.

En clair l’occasion leur est désormais offerte d’avancer sereinement vers le développement, non pas sur le modèle occidental, mais un développement africain, respectueux des coutumes et des potentialités de ce continent, berceau de l’humanité et de l’écriture.

Articles similaires:

2 Commentaires

  1. Ces pays ne sont pas pauvres, mais c’est la perception qu’on veut inculquer pour continuer a les piller.
    L’afrique noire regogne d’enormement de richesses qui vendues a leur juste valeur doivent aider ses pays a propulser leur developpement. MALHEUREUSEMENT ces richesses sont la source des conflits de guerre, rebellion etc…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.