PARTAGER

Après les mots, les actes. Après l’accusation formulée contre des officiers français par une commission au Rwanda (lire ici), la justice du pays a décidé de faire la lumière sur l’implication de ces derniers dans le génocide de 1994.

L’enquête, pour l’instant, porte sur 20 personnes qui, selon les informations recueillies jusqu’à présent, sont tenues par l’autorité d’expliquer ou de clarifier les allégations formulées à leur encontre, afin de permettre aux autorités de tirer voir si les officiers devraient être mis en accusation ou non” peut-on lire dans le communiqué du Procureur général rwandais, Richard Muhumuza.

Pour ce faire, une demande d’entraide judiciaire dans le cadre d’une enquête criminelle pour complicité de génocide a été envoyée à la justice française. Pas sûr du côté français on apprécie cette initiative. Les deux pays étant depuis quelque temps en froid, avec l’annonce de l’enquête sur la mort de l’ancien président rwandais.

Le président rwandais Paul Kagame, avait même déclaré : « C’est la France qui devrait être à la barre pour répondre devant la justice. » Il semblerait que la justice du pays ait exaucé ses vœux.

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

  1. La réciprocité doit être la règle. Il est temps qu’à notre tour sur le continent, nous créons un tribunal continental pour mettre la lumière sur les crimes crapuleux et odieux que les états européens ont perpétrés sur notre terre. Rappelez vous des millions de morts congolais des mains de Leopold 2, le fameux roi des belges? Les assassinats des opposants politiques aux premières heures des indépendances, commandités par les puissances coloniaux? Les dessous français de la guerre du biafra?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here