Akon sur la vie “bling-bling”: J’ai décidé d’utiliser cet argent pour aider mon prochain

Partages

L’artiste américain d’origine sénégalaise Akon a accordé une interview à Virgin Radio dans laquelle il détaille son changement de mentalité vis-à-vis de l’argent.

Celui qui était très “bling-bling” au début de sa carrière se fait de plus en plus discret. Et pour cause, il affirme que de par ses voyages en Afrique, il a compris que tout cet argent qu’il utilisait pour s’acheter des objets les uns plus chers que les autres pouvait servir à autre chose; quelque chose de plus utile.

Depuis, il a investi pas moins du milliard de dollars dans des projets en Afrique : “Ça n’a pas été facile à mettre en place, mais on a réussi à récolter le premier milliard. On a de grands projets pour l’Afrique. Les gens ont besoin d’électricité, d’eau courante et d’infrastructures de base” a t-il expliqué.

Concernant sa propension aux dépenses et objets de luxe, il avoue avoir changé : “J’étais comme ça avant, mais ce n’est plus du tout mon délire. J’ai visité des villages en portant des boucles d’oreilles ou des montres à 50.000 dollars alors que des gens souffraient devant moi, j’ai fini par me dire que tout cela était inutile.” a t-il affirmé.

Lire Akon : un Africain ne doit jamais oublier d’où il vient

Il y’a quelques années, l’artiste a lancé un vaste projet d’électrification de différentes zones en Afrique. Un projet qui suit visiblement son cours avec d’autres à venir à t-il confié.

Articles similaires:

8 Commentaires

  1. Vrai!!! Mais il faut aussi que ceux qui sont restés prennent conscience de leur état et commencent déja’ a’ changer leur quotidien.

    Il faut aussi dire que le plus grand frein a’ la réalisation des Africain de la diaspora au pays est leurs propres compatriotres qui leur mettent des batons dans les roues et veulent les gruger du peu qu’ils veulent faire pour changer les conditions de leurs freres et soeurs restés au pays. Il faut penser plus loin que aujourd’hui et éviter le Tchédjin Nambi.

  2. Excellent travail par Akon, mais je tiens a’souligner que les beneficiaires devront prendre aussi conscience de leur état de pauvrete’ et de retard. Car le plus grand frein ne vient pas de l’extérieur, mais plus de l’intérieur. Ils faut changer de mentalité et se rendre utile a’soi et a’ sa communauté.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.