Gambie : l’étau se resserre autour de Yahya Jammeh

Partages

Yahya Jammeh aura du mal à se sortir du pétrin dans lequel il s’est mis avec sa volte-face surprenant en contestant le résultat de l’élection présidentielle, une semaine après avoir reconnu sa défaite.

De partout, les indignations fusent sur son attitude dont les conséquences pourraient être lourdes pour le pays et l’étau se resserre autour de lui. Toute la communauté internationale, l’Onu, l’Union africaine, l’Union européenne, la Cedeao se dressent contre l’instable Yahya Jammeh.

Dans une déclaration,  le Conseil de sécurité de l’Onu intime à Yahya Jammeh de « respecter le choix du peuple souverain de la Gambie comme il l’a dit le 2 décembre » et de « transférer, sans conditions ni retard injustifié, le pouvoir au Président élu, Adama Barrow ».

Aussi ferme et catégorique, Mme Nkosazana Dlamini Zuma, présidente de la commission de l’Union africaine a qualifié de « nulle et vide » la déclaration de Yahya Jammeh contestant le résultat proclamé de la présidentielle du 1er décembre.

Même fermeté du côté de l’Union européenne qui martèle que « le verdict des urnes devrait être respecté et la sécurité du Président, élu, Adama Barrow, assurée ».

Les voix s’élèvent également pour interpeller les forces armées et forces de sécurité sur leur devoir de protéger les Gambiens dans leur droit de protester contre la volte-face de Yayha Jammeh, le Président battu dans les urnes et de plus en plus seul.

Articles similaires:

3 Commentaires

  1. Moi je trouve raison au président Jammeh et pour cause. Bien rare sont des président africains qui après avoir passé tout ce nombre d’années au pouvoir, acceptent d’organiser dont ils sont candidats, les perdre et reconnaitre officiellement son echec. C’est une qualité,un mérite qu’il faut reconnaitre au président Jammeh. Qu’il reconnaisse au départ des défaite, puis après ne plus les reconnaitre, cela a une cause qu’il faut imputer à a classe politique de a Gambie et à la Communauté internationale qui déjà, ont commencer par montrer à quelle sauce il va être mangé dès le lendemain de a prise du pouvoir par le président nouvellement élu.Alors qu’il continue de détenir les manèges de ce qui fait le pouvoir en Gambie. C’est alors qu’il a bien fait de saisir cette belle opportunité que lui offerte le président de leur commission électorale qui, dans la proclamation des résultats a dit que, le vote est entaché de fraudes et de nombreuses irrégularités avec un acare de l’expression de vote qui passe d’un chiffre des élevé à un chiffre très réduit. C’est dire donc que c’est par la fraude que le président élu a gagné les élections. C’est donc cela qui justifie le normal comportement de Jammeh. Moi, en tout cas, je le soutien.

    • Vous avez le droit de soutenir qui vous voulez mais un president qui est le numéro un d’un pays doit Tenir a sa parole. Il est cense avoir toutes les informations avant de reconnaitre sa defaite. De toutes les manières il est dans un petrin total. Même si on l’acculait, il n’avait de choix que de negotier. Il a eu des pressions venant de son propre camp. Il est pris en otage et c’est fini pour lui. Il n’a qu’à prendre ses responsabilites. On ne doit plus accepter que les hommes d’Etat se cachent derriere une quelconque souverainete pour jouer avec la vie des peuples qu’ils gouvernent.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.