PARTAGER

En Gambie, Yahya Jammeh n’a pas cédé aux pressions de ses homologues envoyés par la CEDEAO pour le convaincre.

Mais pourtant, le président en exercice de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara semble connaître l’issue de l’imbroglio dans le pays de Jammeh.

En effet, après avoir voté aux législatives en Côte d’Ivoire, le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara a répondu aux questions des journalistes et n’a ainsi pu échapper aux questions sur la Gambie. Pour M. Ouattara, Adama Barrow sera investi le 19 janvier prochain :

Nous sommes engagés et déterminés à appliquer les voeux du peuple gambien d’avoir élu Adama Barrow. Toutes les mesures nécessaires ont été développées, nous ne pouvons les rendre publiques, pour pouvoir faire en sorte qu’il prenne ses fonctions le 19 janvier” a t-il déclaré sans détailler les mesures en question.

Pour rappel, Yahya Jammeh a récemment déposé un recours auprès de la Cour suprême pour contester la victoire d’Adama Barrow après l’avoir reconnue. Il a ensuite fait fermer les locaux de la commission électorale.

Lire Gambie : menacé après sa défaite, Jammeh a vu rouge. (sa déclaration) 

PARTAGER

12 Commentaires

  1. l’intervation militaire n’est a rien qui regne par les armes perira par les arme,laissez les gambiens rendrent justice.Qu’est qu’un pays independant?au sens logique mes freres.

  2. Alassane Ouattara tu pense que la manière dont tu est venu pouvoir par les armes que tout le monde peut utilisé la manière ? Le problème ivoirien est différent au problème gambien .pourquoi tu n’a pas donné des conseils a adama barrow lorsqu’il faisait ses déclarations incendiaires ?

  3. Je pense bien c’est une question de droit international concernant la souveraineté d’un état .ni la CEDEAO, ni union africaine et ni l’ONU na le droit de d’imposer au peuple gambien .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here