Gambie : le Ghana envoie 205 soldats pour chasser Jammeh du pouvoir

Le Ghana dans la danse pour une intervention militaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) en Gambie.

Dans un communiqué en date de mercredi 18 janvier, la présidence ghanéenne a annoncé  l’envoie en Gambie de 205 soldats pour contribuer à une intervention militaire de la Cedeao.

Selon le communiqué signé de Eugène Arhin, porte-parole de la présidence ghanéenne, le Ghana accompagne les 205 soldats, d’un lot de matériel militaire. A la troupe ghanéenne s’ajoute  celle nigériane composée de 200 militaires de l’armée de l’air et des avions de combats. Le Sénégal a aussi envoyé de nombreux soldats à la frontière avec la Gambie.

La pression militaire s’accentue sur le régime de Yahya Jammeh qui a décrété l’Etat d’urgence sur l’ensemble du territoire gambien et ordonné à ses soldats de veiller à la sécurité du pays. Au pouvoir depuis 22 ans, Yahya Jammeh refuse de reconnaître sa défaite face Adama Barrow proclamé vainqueur de la présidentielle par la Céni gambienne.

Articles similaires:

6 Commentaires

  1. C’est préoccupant quand des états africains se lèvent pour aller mener des opérations militaires dans d’autres pays africains pour destituer un Chef d’Etat élu par son peuple quelqu’en soit l’irrégularité qui prévaut dans le pays en question. Nous devons nous méfier de ces genres d’opérations. Ceci est fait pour diviser les africains, d’autant plus que derrière ces genres d’actions les états africains agissent en va-t-en guerre Sous la poussée des puissances occidentales. Si l’on devait aller agir ainsi, pourquoi les africains dans leur ensemble n’ont rien fait pendant des années entières alors que le Mali était assiègé et les populations mises en agonie par des hors-la-loi. La Situation au Mali Sous le capitaine Sawadogo qui a usurpé le pouvoir n’est pas moins conflituelle que la Situation actuelle en Gambie. Et celle de la Burundi est là. Au Cameroun Paul Bia est au pouvoir depuis bientôt 40 ans, au Congo Brazzaville Sassou Nguesso rassemble 32 ans de pouvoir, sans qu’il y ait des expéditions militaires dans ces cas là. La duplicité est donc clairvoyante pour tout le monde. Quand les puissances étrangères le souhaitent, promptement des états africains se sentent capables d’aller en guerre contre leurs confrères, sinon, rien ne se passe. Alors que le bon sens souhaiterait que les africains se respectent eux-mêmes, en respectant la souveraineté et l’intangibilité des frontières du territoitre des autres Etats africains. Il appartient à l’ONU de rappeler à l’ordre les Chefs d’Etat africain qui seraient entrain de malmener, la liberté, la démocratie et l’Etat de droit dans leur pays. Ceci n’est pas la prérogative des puissances étrangères disposant eux du droit de véto au Conseil de Sécurité, des puissances dont les intérêts géopolitiques ne sont pas synonymes de ceux des Etats africains. Quand les USA avaient décidé, l’on a pu assassiner Patrice Lumumba et hisser Mombutu au pouvoir au Congo, quand les USA ont décidé, La Tansanie s’est mise en marche pour aller destituer Idi Amin et hisser Youweri Museweni au Pouvoir en Ouganda, pouvoir qu’il garde depuis bientôt 30 ans. Quand les USA ont décidé, Juvenal Habryamana a été assassiné au Rouanda et Paul Kagame a pu prendre le pouvoir au Rouanda, pouvoir que ce dernier détient depuis 20 ans déjà. Les USA ont décidé et Mombutu devait partir et laisser la place à Laurent Désiré Kabila, qui n’ayant plus été aux ordres des américains après, a été assassiné afin qu’un simulacre de fils de lui soit hissé au pouvoir et qui suit désormais à la lettre les instructions des USA à travers Kagame et Museweni. Aussi la France a décidé et le Président Gbagbo a été destitué sous Bombardement francais et renvoyé à la CPI. Les populations en Afrique doivent prendre conscience de cette manipulation des puissances étrangères en Afrique et oeuvrer pour que cela cesse. Le Senegal est un pays respectable et apprécié en Afrique de l’Ouest.Le seul pays qui n’a pas connu jusqu’à nos jours de prise de pouvoir militaire. Nous souhaitons qu’il en demeure ainsi et que ce pays ne s’embourbe pas dans des opérations militaires contre son voisin, parce que les puissances étrangères auront voulu.

  2. Les protagonistes de la décision de la CEDEAO ne sont effectivement pas exempt de reproche. Cependant, je trouve positif que l’Afrique de l’Ouest s’engage dans cette voie là (action coordonnée sous-régionale)

    Quant au Burundi: un détail. C’st un pays de l’Afrique Centrale…

  3. du cinema, boko haram a tenu le nigeria en echec on vient bonbe les torse en gambie. le mali a beaucoup besoin d’aide sur le plan militaire. la cdeao incapable de resoudre le plan securitaire au mali et au niger. laisser ce petit pays vivre en paix. quand on entend les declarations de certains chefs d’etat sur la question gambienne cela fait pitie ou il y a probleme personne ne pointe le nez. au burundi le president a dit non a la cedeao et le reste silence radio

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.