Affaire Théo, Viols en Centrafrique : Racisme ou cas isolés au sein des forces de sécurité françaises

En France, les forces de sécurité sont dans la tourmente. L’affaire Théo qui a déchaîné les passions dans les banlieues fait toujours l’actualité alors que la police des police refuse de parler de viol suite à la terrible interpellation du jeune homme.

La question que tout le monde se pose : comment peut-on enfoncer accidentellement 10cm d’une matraque dans le rectum d’une personne qu’on interpelle?

A cette question seul le policier mis en cause et ses collègues peuvent réellement y répondre. Alors que la rue crie au racisme, à la télé, les policiers jugent des termes racistes convenables, et le policier en question peut jusque-là dormir tranquille.

L’antécédent centrafricain

Pour rappel, en Centrafrique, des mineurs avaient été obligés d’avoir des contacts sexuels avec des animaux… par des militaires français. Il y a quelque temps, l’affaire avait été purement et simplement classée.

L’affaire Théo subira-t-elle le même sort? Beaucoup le craignent. Et depuis les banlieues s’enflamment… les jeunes critiquant ce qu’ils considèrent comme un racisme des forces de sécurité françaises.

Certains policiers et militaires français ont-ils des attitudes plus agressives quand il s’agit des minorités présentes en France ? Tout porte à le croire, mais le plus grave reste l’absence totale de sanctions dans des cas de dérapages. Une absence de sanctions qui donne du grain à moudre aux détracteurs de la France.

Articles similaires:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.