Rdc : la dépouille de Tshisekedi au cœur d’une revendication politique

Photo © Junior Kannah/AFP

Difficile de dire quand la dépouille d’Etienne Tshisekedi, l’historique opposant congolais décédé à Bruxelles le 1er février dernier sera de retour dans son pays.

L’opposition exige la nomination d’un nouveau Premier ministre conformément à l’accord politique du 31 décembre avant que la dépouille de l’infatigable opposant ne reviennent pour les obsèques organisés en sa mémoire. Les membres du Rassemblement, principale coalition d’opposition estiment qu’il faut se pencher sur l’application de cet accord devant permettre l’organisation des élections avant que l’illustre disparu ne soit inhumé. Selon Lisanga Boganga, membre influant de la Coalition des alliés d’Etienne Tshisekedi, « le peuple a dit qu’il est impérieux par respect de sa mémoire qu’on puisse d’abord commencer par matérialiser l’accord et qu’on sache qui est le Premier ministre avant d’enterrer notre leader ». Pour lui, étant entendu que « le président Etienne Tshisekedi lui-même, de son vivant, respectait toujours la volonté du peuple…, il faut qu’on respecte cette volonté » du peuple.

Du côté du pouvoir, Lambert Mendé, le porte-parole du gouvernement a indiqué que les dispositions ont été prises et une délégation composée de membres de la famille et de l’Udps, le parti de Tshisekedi devrait se rendre à Bruxelles ce mercredi pour s’occuper du retour de la dépouille à Kinshasa.

Articles similaires:

3 Commentaires

  1. C’est vraiment dommage, que les hommes politiques congolais s’épanouissent aussi voulu sur la dépouille de Étienne tsisekedi,que je considérerai plus comme un acteur du passé, faisant courir le risque d’une remise en cause de la fragile unité d’un peuple meurtri par tant d’années de guerre civile,de pillage systématique de ses ressources. Ces acteurs du présent, qui continuent de se servir de tsisekedi, lugubre acteur du passé, pour prétendre construire l avenir sont des imposteurs et des hypocrites.ils aident plutôt le régime en place à consolider ses positions, retardant ainsi un processus essentiellement axé sur les supposition, les prises de position bancales, l’espoir de voir le sort où la prétendue communauté internationale régler le problème. il est temps que les zaïrois se ressaisissent et prouvent leur capacité à comprendre les enjeux du processus engagé.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.