PARTAGER

Au Royaume-Uni, la prochaine visite du nouveau président américain ne passe pas inaperçu. En effet, Donald Trump n’à pas que des alliés au pays de la Reine Elisabeth II.

Il fait décidément face à des contestations même au-delà des frontières du pays qu’il préside. Au Royaume Uni où il est annoncé, une pétition réclamant l’annulation de sa visite a déjà été signée par plus de 1,6 million de britanniques. Un record pour une pétition du genre.

Récemment des échanges musclés ont eu lieu entre les parlementaires de l’opposition et le gouvernement venu défendre l’invitation. Et le gouvernement a eu beau dire que l’invitation de Donald Trump n’est pas une caution à son programme politique. Rien n’y fit.

Dernière salve en date, la réaction d’un ex-diplomate britannique de haut rang,  M. Peter Ricketts a déploré le fait que la Reine doive recevoir aussi vite le président américain:

Il aurait été plus prudent d’attendre de voir quelle sorte de président il deviendrait avant de demander à la reine de l’inviter. Maintenant, elle se retrouve dans une situation très difficile” à estimé M. Ricketts.

Des réactions qui laissent entrevoir la tension qui existe actuellement autour de la venue du président américain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here