Election à la CAF: Samuel Eto’o suggère (poliment) à ISSA HAYATOU d’aller se reposer

EKPEI/AFP/Getty Images

Ce jour, 10 mars, le Goleador camerounais Samuel Eto’o Fils (SEF) que l’on ne présente plus, souffle une bougie de plus. La trente-sixième. 36 ans donc ! L’âge de la maturité. Et on le constate quand il prend la parole.

L’homme aux 57 buts en 118 sélections avec son équipe nationale, l’homme aux trois Ligues des Champions, joueur le mieux payé au monde (20,5 M€ par an, hors primes) quand il signe en 2011 à l’Anji Makhatchkala (Russie), Samuel Eto’o, après près de 400 buts dans sa carrière (395 exactement à ce jour), a décidé de donner de la voix… Pour parler du dernier sacre des Lions indomptables à la dernière CAN (Coupe d’Afrique des nations)… Pour parler de l’élection à la tête de la CAF, avec ISSA Hayatou candidat à sa propre succession, mais sérieusement bousculé cette fois par un challenger très sérieux, le Malgache Ahmad Ahmad.

Retour sur quelques temps forts de cette interview de veille de son trente-sixième anniversaire à travers laquelle SEF (Samuel Eto’o Fils) distribue des bons points et des petits coups, avec cette fois-ci une certaine délicatesse qui indique une maturité certaine… (Morceaux choisis, Acte 1)

Naturellement, on a envie de commencer par son sentiment après la cinquième CAN remportée par les Lions Indomptables en février dernier au Gabon. SEF : « En tant que camerounais, j’ai ressenti une joie immense lors de la finale à Libreville face à l’Égypte (2-1) à laquelle j’ai assisté. Et j’étais également très fier que Fabrice Ondoa et Christian Bassogog, qui ont été formés à Fundesport, l’académie que j’ai créée, aient participé à cette très belle aventure. » L’ancien Capitaine, qui a gagné deux CAN avec les Lions et joue aujourd’hui en Turquie (déjà 09 buts cette saison avec son club, Antalyaspor), salue au passage le courage du sélectionneur (Hugo Broos) qui a ‘‘fait des choix forts, et cela a marché’’.

La superstar camerounaise, SEF, quand il évoque l’élection du nouveau président de la CAF qui aura lieu le 16 mars prochain, il choisit délicatement ses mots pour ne pas créer de polémique inutile, sans pour autant trahir le fond de sa pensée. SEF est sans aucun doute de ceux qui estiment que, après presque trois décennies à la tête de la CAF (depuis 1988), Issa Hayatou devrait passer la main. Mais le footballeur utilise ses propres mots pour indiquer la porte de sortie à ce patriarche pour qui SEF a visiblement beaucoup de respect. « Issa Hayatou a beaucoup fait pour le football africain. Et je pense qu’il songe à sa propre succession, pour pérenniser le bon travail qu’il a abattu. » La CAF doit-elle changer de gouvernance le 16 mars prochain ? Pour SEF, la question ne se pose plus et il se projette même déjà dans l’avenir : « J’espère juste que ces changements pourront aider le football africain à évoluer. » Et Ce dernier point est si important aux yeux de SEF qu’il marque l’insistance : « Mais les principaux bénéficiaires de ces changements doivent être les joueurs, surtout ceux évoluant en Afrique.»

Quand il faudra choisir le 16 mars prochain entre le candidat à sa propre succession, le camerounais Issa Hayatou et son challenger, le Malgache Ahmad Ahmad, les délégués de la CAF auront sans doute ces mots de Samuel Eto’o Fils à l’esprit : « Tenter autre chose à la tête de la CAF n’est (…) pas une mauvaise idée… »

Ce qui est dit est dit !

Articles similaires:

28 Commentaires

  1. enfin,nous avons un jeune candidat à l’élection présidentiel .tout le cameroun est dérriere vous,bonne chance et beaucoup de courages? Vive le futur cameroun,vive s.e samuel éto’o fils

  2. Il est bien vrai qu’ISSA HAYATOU a épousé l’attitude de la gouvernance sans relève, mais notons qu’il n’a jamais failli dans sa dirigeance. Au contraire, avec lui, le football africain a retrouvé ses lettres de noblesse.
    Quant à l’attitude de Samuel Eto’o, je la qualifie de moins patriotique. ISSA HAYATOU s’est battu à arracher l’organisation de la CAN 2019 dans son pays, même s’il restera face à ce sort observateur.

  3. merci aux délégués à l’assemblée générale d’avoir été lucides. Hayatou n’a pas compris,c’est dommage,il sort par la petite porte, battu aux élections. Mais le nouvel élu doit avoir le soutien de tout le monde pour que vive le renouveau du sport africain.

    • Bonne idée Gilles: “Issa hayatou ne doit pas encore partie car il a encore beaucoup a donnér pour le football africain” Très bien dit mon ami… Il doit rester jusqu’à sa mort, meme si le résultat est donné en faveur de Ahmad déjà. Il doit faire recourt au Tribunal Arbitral des sports (TAS) pour rester meme après sa mort à travers les héritiers qu’il aura désignés…

  4. il est bien qu’hayatou cede la place car nous un nouvel esprit de gouvernance moi je soutiens l’idee selon laquelle ce soit des footballeurs

  5. Hummm Afrique !Le football au moins ne doit se démarquer de la caricature du système de gouvernance de nos Etats. M. HAYATOU, la CAF est une organisation de football interafricaine ( c’est-à-dire appartenant à plusieurs pays africains, si tu estime que le français utilisé est plus que ton niveau), c’est différent d’une société unipersonnelle, créée par une seule personne, s’accrochant alors à vie à la tête quelle que soit la situation de la société. 29 ans de gestion, c’est trop. Oui c’est trop même si ton âge te le permettait encore. La sagesse t’aurait recommandé de soutenir quelqu’un d’autre pour l’amour et l’intérêt que tu porte développement du football de notre cher continent. Ton système de gestion, on en a vu et on l’apprécié diversement. Donc permets qu’on expérimente avec une autre gouvernance que nous aurons aussi à apprécier. chers délégués électeurs, ne soyez pas des éléments absorbants. manifestez votre existence et votre sens aigu du BON SENS, la chose la mieux partagée au monde des Hommes ayant faits leurs civilités. DONNEZ LA PORTE DE SORTIE A HAYATOU le 16 mars 2017.

    • Chers Délégués électeurs,je compte sur votre préoccupation de voir le football africain se développer réellement. Alors le 16 mars 2017, incrivez Issa HAYATOU dans l’association de yaya Djameh en lui donnant le même certificat d’OUT.

    • Eto’o Fils aime vraiment l’Afrique et se préoccupe sincèrement du développement de son football. Idées admirables. Bravo à toi, porteur de l’image africaine en matière de football à travers le monde. Salut

    • est ce que eto’o dirige une instance du football pour lui dit de partir,il est indépendant puisqu’il joue selon ses aptitudes,contrairement à hayatou qui dirige une confédération dont les intérêts sont pour tout un continent, donc apprenez à faire la part de choses

  6. Issa Ayato doit pouvoir comprendre que pour le développement du foot africain ,il a l’ obligation de déposer le tablier car il n’a plus les capacités physiques ni mentales pour conduire au mieux le destin de l’Afrique en matière footbalistique

  7. La CAF n’est pas un état ou on doit s’accrocher a tout prix. Et puis nous camerounais, que nous a rapporte 29 ans de gestion a la CAF?vu l’âge il serait sage de faire valoir ses droits a la retraite. Il n’y à pas honte a ça.

    • Issa Hayatou a gouté une fois à l’échec dans sa vie, il sera le premier conseiller du nouveau Président, il lui dira:mon frère si tu fait deux mandats il faut partir sinon tu subira le même sort que moi

  8. Si tous les démocrates estiment qu’il faille absolument limiter le nombre de mandats de nos chefs d’Etats , pensons à en faire de meme pour toutes nos organisations inter-africaines . Avec l’évolution actuelle du monde , personne n’est indispensable ad vitam aeternam , personne ne doit se croire inamovible . Le vrai démocrate doit toujours penser à la relève surtout si on est déjà croulant .

    • Moi je ne penses pas la même chose, d’autant plus qu’il a des collaborateurs…parmi eux quelqu’un peut le remplacer valablement. si pendant 29 ans Hayatou à travaillé sans préparer une relève c’est qu’il aura travaillé inutilement. Si la venait à le prendre au cours de son mandat ça serait le déluge, alors à quoi auraient servi ses sacrifices???

      • Il est bien vrai qu’ISSA HAYATOU a épousé l’attitude de la gouvernance sans relève, mais notons qu’il n’a jamais failli dans sa dirigeance. Au contraire, avec lui, le football africain a retrouvé ses lettres de noblesse.
        Quant à l’attitude de Samuel Eto’o, je la qualifie de moins patriotique. ISSA HAYATOU s’est battu à arracher l’organisation de la CAN 2019 dans son pays, même s’il restera face à ce sort observateur.

      • Tout à fait vrai du problème de passation du pouvoir en Afrique.Le changement de mentalité,de l’Ego doivent laisser la place au partage et ceci se fera par une révolutuon de notre culture et l’enseignement basé sur nos problèmes dès le bas age.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.