Franc CFA : De la nécessité d’un réveil de la classe politique dans les pays d’Afrique francophone

Partages

“Un politicien pense à la prochaine élection. L’homme d’Etat, à la prochaine génération.” a dit James Freeman CLARKE.

Une des raisons pour lesquelles le développement des pays francophones d’Afrique est très lent, est le sommeil dans lequel végète la classe politique. Tout porte à croire que nos politiques pensent plus à eux qu’à leur peuple et aux futures générations.

L’homme politique d’occident pourra être critiqué pour diverses raisons mais il est notoire que nombre d’entre eux ne perdent jamais de vue les intérêts supérieurs de leur pays. Comme l’a si bien résumé le général DE GAULLE:  “La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts“.

L’impact du choix français en réalité

En 2017, l’électeur français pour la première fois sous la 5ème République est livré à un doute terrible, une situation telle que personne à l’heure actuelle ne sait dire avec certitude dans quel sens le vent tournera pour l’épilogue de course vers l’Elysée. De deux maux il faut choisir le moindre et il faut espérer que les français réussiront à identifier le moindre mal parmi les probables candidats; une fois que le premier tour des élections sera passé, une vision claire sur photographie des forces politiques majoritaires en présence sera disponible.

Quoiqu’il en soit, peu importe l’issue de l’élection française de 2017. On peut déjà affirmer que les pays africains sont déjà perdant à cette élection avant même son déroulement. En effet, lorsqu’il sera à l’Elysée, aucun des candidats ne voudra du décrochage des pays du la zone CFA.

Comme l’a expliqué Nicolas Sarkozy si cela arrivait, l’exploitation que nous subissons depuis des décennies cessera et la France va régresser dans les classements mondiaux de plusieurs rangs. Elle perdrait des points sur ses finances publiques qui sont bonifiées grâce au gonflement artificiel des comptes induits en France par le fait que notre monnaie est géré depuis l’hexagone.

Le Franc CFA, Sankara et la France

Tout le Franc CFA en effet est un compte géré par la France. Je ne sais pas si on s’imagine ce que cela représente. 15 pays et toutes les transactions financières doivent à un moment ou à un autre être centralisées par la France qui d’ailleurs a un droit de veto en ce qui concerne la prise de décision au niveau de nos banques centrales. De façon concrète, c’est veto signifie que nous ne pourrons jamais prendre certaines décisions en rapport avec certains investissements stratégiques sans l’assentiment de la France. Voilà pourquoi, n’eut été les qualités de visionnaire, la ténacité et la volonté politique solidement encrée dans une idéologie claire de Sankara, la bataille des rails lancée le 1er février 1985 au Burkina n’aurait pas été gagnée.

Ceux qui au nom de leur place de décideurs sur nos destins voulaient s’opposer à ce projet de Sankara se sont rendus compte que ce jeune leader avait de l’ambition pour son peuple. Il n’entendait pas se faire dicter les décisions depuis l’occident. Il a réussit grâce à son leadership à mobiliser son peuple autour du projet qui a été achevé avec détermination. Contrairement à nombre de nos dirigeants d’aujourd’hui, Sankara avait le sens de l’intérêt général. Il n’était ni concupiscent ni matérialiste.

Sankara savait se limiter à l’essentiel. Il avait compris que le chef se doit d’être l’exemple, d’être une incarnation vivante de ce qu’il prône. Nourri d’une idéologie socialiste, il savait qu’il fallait d’abord passer par des sacrifices avant de donner un bien-être à son peuple. Il savait que le peuple avait besoin qu’on multiplie l’achat de machines agricoles, machines de transformation avant d’en arriver à la généralisation de l’utilisation de voiture de luxe.Sous Sankara, il n’a pas fallu trop longtemps pour que le Burkina atteigne l’autosuffisance alimentaire. Sankara a gagné de nombreux combats liés au développement humain durable dans son pays.

Sous Sankara, personne n’avait l’impression que le chef était dans un autre monde… Personne ne pouvait s’offusquer de ce que Sankara amassait pour lui des biens et autres richesses matérielles sur le dos de l’Etat tout en laissant les populations végéter dans la misère. Sankara donnait l’exemple. Plus de voyages en première classe, plus de voitures de luxe pour les responsables politico-administratifs. Sankara déclarait ses biens et rendait public son salaire et les autres responsables devaient faire de même. Avec Sankara, le Burkina Faso risquait de trop se développer et d’inspirer les autres pays de la sous région ouest africaines. Ni les occidentaux, ni ses aines de l’Afrique de l’ouest n’ont pas réussi à noyer Sankara dans le piège de l’avidité et du matérialisme compulsif qui pousse nos dirigeants contemporains à se livrer, à livrer leurs peuples (….)

Contre des comptes en banque en occident contre la garantie d’avoir impunément des biens mal acquis un partout au monde certains dirigeants africains se soucient très peu du sort de leur peuple avec la bénédiction de politiciens occidentaux qui veillent à ce qu’aucun exemple positif n’émerge….. Il fallait très vite tuer Sankara. Pour accomplir la mission, la division a été semée depuis Abidjan et les armes ont été remises à des noirs comme des proches qui se sont chargés de la mission de le liquider afin de détruire le rêve des peuples africains.

L’Afrique livrée à son sort?

Au final, c’est devenu comme un coup du sort, une question de destin. Les peuples africains semblent condamnés. Et pourtant, nous avons de grands intellectuels de ”hauts fonctionnaires ”’ qui ont occupé ou occupent encore de hauts postes dans les institutions internationales. Parmi ces sommités nous en avons comme Alasane OUATTARA et Nicéphore SOGLO qui étaient respectivement premier ministre et président de la République au moment de la dévaluation du Franc CFA en 1994. Il est surtout inutile de leur demander pour quelle raison ils n’ont pas pu empêcher la dévaluation du Franc CFA. Ils sont incapables d’empêcher quoi que ce soit parce que ce n’est pas eux qui ont la décision. Ils ne sont que les préfets des chefs D’Etat français, véritables décideurs de notre sort et certains d’entre eux ne s’en rendent même pas compte.

Pour quelle raison nos chefs d’Etat sont-ils incapables de nous faire jouir pleinement de notre souveraineté alors qu’ils dépensent chaque année des milliards de F CFA dans l’organisation de fêtes célébrant l’indépendance? Sommes-nous vraiment indépendants? Si la réponse à cette question est non, pourquoi célébrons-nous en grandes pompes une indépendance que nous n’avons pas?

Être un État souverain signifie aussi avoir le droit de frapper monnaie et avoir le contrôle de sa politique monétaire dans un cadre national ou régional. Pourquoi faut-il que ce soit la France qui continue de frapper notre monnaie, le CFA qu’on nous livre par avion,

Pourquoi faut il que la France continue de gérer notre argent alors que nous sommes dits indépendants depuis bientôt 60 ans?

Le peuple souverain et éclairé comme solution

Ce sont des questions qui doivent nous faire réfléchir et nous aider à ouvrir les yeux. Nous devons éteindre la télé et allumer nos cerveaux. Nous devons faire preuve de plus de maturité dans le choix de nos leaders. Qui sont ceux qui nous dirigent? Quelles sont leurs véritables motivations ? Ont-ils besoin de greffe de couille ou de greffe de cerveau ? Devrions-nous et pourrons-nous leur enlever leurs estomacs trop élastiques qui les rendent si insatiables? Combien de voitures faut-il pour un humain afin qu’il soit à l’aise ? Dans combien de maison on peut dormir à la fois? Pour quelles raisons nos dirigeants ne semblent préoccupés que par ces choses ?

Pour quelles raisons certains pensent qu’il n’y a qu’eux qui ont droit au confort parfois excessif, alors que les conditions ne sont pas encore créées pour favoriser le bien être du plus grand nombre. Quelle conception nos dirigeants qui deviennent des complices de la classe politique des pays occidentaux, ont ils de la justice sociale ? Voient-ils ce qui se passe ailleurs en termes de sécurité et de justice sociale? Combien de jeunes en quête d’un avenir ailleurs doivent mourir dans le Sahara ou en méditerranée avant qu’il n’y ait un réveil de nos dirigeants ?

Nous sommes capables d’aller pleurer quelques morts de Charlie Hebdo en France. Nous sommes capables de devenir tous « Charlie » en moins de 24h sur les réseaux sociaux mais chaque semaine nous sommes comme indifférents à la mort de centaines de jeunes fuyant la guerre et la misère meurent dans l’océan. Peu de dirigeants sur le continent en parlent. Ce ne sont pas des sujets d’intérêt.

Ce qui préoccupe en général, ce sont les élections car c’est grâce aux élections qu’on s’approche de la marmite étatique afin d’amasser des richesses. Chers politiques africains, cessez d’être politiciens et devenez des hommes d’Etat. Vos citoyens votent pour vous, mais ils reçoivent comme récompense l’indifférence, la maltraitance et la souffrance ainsi que les pots cassés de votre mauvaise gouvernance.

A cause de votre irresponsabilité et votre manque de prise en compte de l’intérêt général vous livrez la grande masse à des situations dramatiques. Il est temps que vous cessiez de laisser d’autres décider à nos places. Il est temps que nous prenions notre destin en main. Il y va de l’intérêt de nos peuples. Nous devons programmer de façon méthodique et intelligente la sortie du CFA. Nous devons nous mettre au travail. Nous sommes en retard c’est sur, nous pouvons commencer petit mais avec la volonté et la détermination, nous avancerons. Nous sommes et devons être les premiers responsables, les premiers architectes et ingénieurs de notre avenir. Personne à notre place ne viendra développer l’Afrique.

Aldrice Aubert Djakpo
Juriste

Articles similaires:

7 Commentaires

  1. Avant tout merci pour cet article qui rappelle les mefaits de la france/Afrique et le parcours du martye et regrette Sankara. Peu de dirigeants des pays du Sud ont eu le courage et lengagement de Mr Sankara.
    Le fcfa est une chaine cheville a lAfrique et la france en est lenorme boulet.
    Quand jentend des dirigeants occidentaux, et particulierement francais, nous faire la lecon et nous dire que lhomme africain doit saccomplir… ca Me rend un peu hysterique. Comment saccomplir lorsque la colonisation continue de la maniere la plus basse et la plus insultante ? Un peuple produit des richesses malgre ladversite, et il doit se contenter de voir un autre peuple le spolier et en plus lui cracher a la figure des quil sagit daccueillir quelques uns de ses enfants.
    Nos dirigeants, tous bords confondus, sont une honte pour nos fiers et courageux peuples africains.
    Seulement je regrette que cet articke ne traite pas des pourcentages du PIB que les pays de la zone fcfa doivent reverser a la france dans le cadre de la collaboration… pour le pillage du berceau de lhumanite.
    Nous avons un continent magnifique maltraite depuis bien trop longtems. A QUAND LINDEPENDANCE BORDEL??? NOUS AVONS DROIT A LAUTODETERMINATION AUTANT QUE PEUPLEE SOUVRAINS COMPOSES DE CITOYENS PENSANTS ET LIBRES !!!

  2. J’ai dit non non au fcfa,Je suis pour une nouvelle monnaie africaine,et je suis contre le fête indépendance que nous célébrons chaque année et nous dépensons de milliards indépendance qui ne même pas acquis.Hassan M Haggar

  3. Pour en savoir plus j’invite les africains à taper sur le net : pétition franc CFA, vidéo franc CFA, ou CFA tout simplement. Signer les pétitions il n’y a pas d’indépendance sans politique monétaire. Sans le CFA, la France est reléguée loin dans les classements économiques. Pour les sceptiques si la France tue ou renverse tout Présidents Africains c’est bien la preuve que c’est louche cette affaire. Vous pouvez aussi taper les vraies raisons de la mort de Kadhafi. SPD

  4. Nous devons tous faire de ce combat vital pour l Afrique. Notre combat. Abolir le franc CFA .arrêter la colonisation financière de la France et nous unir pour développer notre continent.

  5. Il n’existe aucune souveraineté, aucune indépendance quand on a pas la faculté de battre de la monnaie donc d’être maître de sa politique monétaire, l’arme redoutable au service de la croissance et du développement. La France est prête à tuer ou à renverser tout chef de gouvernement de la sphère du FRANC CFA (colonie française de l’Afrique! une honte, CFP (Colonie Française du Pacifique), CFC (Comores)Qui s’y frotte à des soucis: Olympio, Sékou Touré, Sankara, Gbagbo, Kadhafi… La seule solution: le refus du peuple de ses pays avec un mouvement conjointe et concerté pour ne plus être payé dans cette monnaie. Une révolution grâce à la toile que la Russie n’hésiterait pas à accompagner pour régler les arrogances de la France, un Etat Voyou.SPD

  6. Ouiiiii mr Aldrice,suis totalement d’accord pour la réunification très rapide de ce continent,à la creation d’une Armée continentale en meme temps sortir du cfa tous à la fois,stopper tous les faux accords fictifs contractés par les occidentaux.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.