Crise au Gabon: un parti de l’opposition propose un pouvoir à deux têtes (Bongo et Ping)

Partages

Depuis la récente élection présidentielle au Gabon, la crise au départ mineure s’est amplifiée entre les différentes composantes de la vie politique du pays.

En effet, bien que la décision de la cour constitutionnelle après son recours soit sans appel, Jean Ping, ancien proche puis opposant du clan Bongo ne veut absolument pas se laisser faire.

Face à cet imbroglio, le gouvernement en place et certains partis essaient de trouver une solution “à l’amiable“.

Une solution simple, mais compliquée à mettre en place

Ce week-end, L’Union du peuple Gabonais (UPG), un parti de la coalition qui a soutenu Jean Ping a tenu sa convention nationale. Et pour sortir de la crise, le parti a une solution toute trouvée : contenter tout le monde:

«Notre respect pour la vie humaine, et notre attachement aux valeurs démocratiques ne peuvent décemment nous conduire à prendre part au Dialogue préconisé par le régime en place» a d’abord lancé Jean de Dieu Moukagni-Iwangou, président de l’UPG concernant le dialogue auquel souscrit le gouvernement d’Ali Bongo avant de faire son annonce.

Pour lui, la seule sortie de crise possible est toute trouvée. Le pouvoir devrait être co-géré par Ali Bongo et Jean Ping qui auraient tous les deux un même nombre de ministres avec des pouvoir équivalents. La défense confiée à un camp, et l’intérieur à un autre par exemple.

Plus facile à dire qu’à faire. Pour l’heure le pouvoir gabonais n’a pas encore réagi à l’annonce.

Articles similaires:

5 Commentaires

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.