PARTAGER

Au Gabon la frustration ne retombe pas. Les illusions ont la peau dure. Dans le camp des opposants à Ali Bongo, l’heure reste aux tergiversations.

A certains moments, les attitudes témoignent d’une réelle difficulté à faire le deuil de la dernière présidentielle. En d’autres postures, il se dégage l’impression que la page est tournée et que le mot d’ordre est désormais à l’union, pour préparer les échéances à venir. Ce constat d’ambiguïté a encore prévalu au cours du week-end écoulé. Précisément à l’occasion du Congrès qui a vu la naissance d’un rassemblement politique porteur de nouvelles et grandes espérances et baptisé « Les Démocrates ».

Regroupement d’avenir ou de réminiscences du passé ?

Ce nouveau-né sur l’échiquier politique nationale au Gabon n’en est véritablement pas un ; puisqu’il vient en réalité en remplacement de l’Alliance nouveau Gabon (Ang) crée il y a huit (08) ans. Cette renaissance sous l’appellation « Les Démocrates » est portée et renforcée par plusieurs poids lourds de la scène nationale qui n’appartenaient à aucun parti mais qui ont soutenu Jean Ping lors de la dernière présidentielle. Ce nouveau parti, « Les Démocrates », qui compte en son sein une dizaine d’élus locaux, a ainsi et naturellement rejoint la coalition de Jean Ping.

Le candidat malheureux à la dernière présidentielle était d’ailleurs la principale attraction, la star incontestée de la clôture du congrès ayant porté « Les Démocrate» sur les fonts baptismaux le samedi 11 mars dernier. La vedette du jour, Jean Ping, a pris la parole au cours de l’événement, pour se lancer dans l’un de ces discours d’atermoiements dont il détient seul le secret. « Nous allons accéder au pouvoir. Vous le savez. Vous me demandez comment ?! Attendez, vous allez voir. Je vous dis qu’on va y accéder. Pourquoi vous doutez ? Si vous doutez, attendez et vous allez voir. C’est tout », a ainsi déclaré le principal challenger d’Ali Bongo. Difficile de savoir si, par cette posture, Ping maintient les yeux rivés dans le rétroviseur ou s’il se projette déjà dans le futur et les échéances électorales à venir.

Le mal est déjà dans le fruit

Le congrès du parti « Les Démocrates » a élu à la présidence du parti Guy Nzouba Ndama, aujourd’hui septuagénaire, qui a été président de l’assemblée nationale pendant deux décennies. Désormais opposant farouche au régime d’Ali Bongo, personne ne peut dire si son parti prendra part aux prochaines élections législatives, tant sa position est ambiguë sur la question. Mais le véritable grain de sable dans cette belle machine pourrait venir d’ailleurs.

Il se fait que de nombreux cadres du nouveau parti sont en réalité des ‘‘transfuges’’ d’un autre parti, celui d’Alexandre Barro, ce dernier étant lui aussi un grand soutien de Jean Ping. Cette cacophonie laisse penser que la vie dans la coalition autour de Jean Ping ne sera pas qu’un fleuve tranquille…

PARTAGER

3 Commentaires

  1. Ok. Fasse Dieu qu’il puisse enfin occuper le Palais du bord de mer. Maintenant le problème est de savoir comment Ping délogera l’actuel locataire pour s’installer ? Par un soulèvement populaire ? ou bien une intervention onusienne ? on bien attendre l’arrivée au pouvoir en France de jean louis melenchon, son grand soutien. mais la encore, ce sera une ingérence. La France n’a plus que faire dans les affaires africaines. Ou enfin le Balai Citoyen ? les gabonais n’ont pas envie de se faire tuer pour des septuagénaires qui ont fait plusieurs alliances avec les Bongos ou qui ont leur avenir derrière eux et qui mettent leurs familles à l’abri. Gabonais, choisissez un véritable leader qui n’a vraiment rien a voir avec le clan Bongo et vous verrez que tout changera dans votre pays.

  2. Jean ping est le président de la république gabonaise. Les gabonais que nous sommes comptons sur lui pour restaurer ce beaux pays. C’est l.homme porteur d’espoir. Ensemble nous le soutenons et le soutiendrons jusqu’à la victoire finale. Jean ping est notre président l’autre est un imposteur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here