Tchad : La première dame pose un lapin à Marine Le Pen

Partages

Marine Le Pen l’a annoncé, Marine Le Pen l’a fait. La candidate du FN (Front national) à la présidentielle française de 2017 a effectué, comme annoncé, une visite de 48 heures au Tchad.

Au programme de cette visite qui a commencé hier et qui s’achèvera ce jour par une conférence de presse, il était prévu : une rencontre avec le président Idriss Déby (qui a effectivement eu lieu hier) ; une visite aux troupes françaises de l’opération Barkhane (qui a effectivement eu lieu aujourd’hui) : une rencontre avec le président de l’Assemblée nationale tchadienne (qui a été effective ce jour), et une visite à l’hôpital de la mère et de l’enfant de la capitale Tchadienne en compagnie de la première dame tchadienne. Couac.

Un communiqué de la présidence de la république tchadienne a été rendu public, indiquant que l’agenda de la première dame ne prévoit aucune visite ce jour à l’hôpital de la mère et de l’enfant. Un petit raté ou plutôt un gros loupé dans une villégiature africaine qui se passait jusque-là très bien pour la candidate du Front national. Sans doute l’essentiel était-il ailleurs…

Idriss Déby et Marine Le Pen : même langage sur le franc CFA et sur la Lybie

Elle était en Afrique pour se donner une envergure internationale. Succès non négligeable donc, puisqu’elle a été reçue hier à son arrivée par le président tchadien, le deuxième au monde à lui faire cet honneur (après celui du Liban). Il est vrai que le président Idriss Déby Itno a essayé de tempérer les ardeurs de la candidate, indiquant que cette rencontre n’était en aucun cas le signe d’un soutien à la candidature de la fille de Jean-Marie Le Pen.

Qu’importe, les photographes ont immortalisé la poignée de main, et ça peut toujours servir. Surtout que cette visite a permis à la candidate en quête d’un Cv à l’international, de venir jusqu’en terre africaine dire tout le mal qu’elle pense du franc Cfa qu’elle considère comme ‘‘un inconvénient économique pour les pays d’Afrique’’ qui utilisent cette monnaie coloniale. Un sujet sur lequel elle parle le même langage que le président tchadien qui, depuis un moment, ne cache plus sa volonté de vouloir en finir avec le franc CFA.

Autre sujet sur lequel le président et la candidate accordent leurs violons et qui a été au cœur de leurs échanges, l’intervention en Libye.

« Le président et moi avions la même analyse au moment de l’intervention française. Nous pensions qu’il s’agissait d’une très grave erreur qui allait avoir de lourdes conséquences. C’est exactement ce qui s’est passé. Nous avons été lui en Afrique et moi en Europe les plus lucides sur cette situation », rappelait-elle triomphalement à la presse locale dès son arrivée hier au Tchad.

Des points de convergence de vue entre Marine Le Pen et Idriss Déby existent donc, c’est un fait. Mais suffiront-ils à faire oublier le lapin que la première dame a visiblement posé à la candidate ce jour et qui fera tâche d’huile dans le bilan de cette première tournée africaine ? On attend la conférence de presse de ce soir qui marquera la fin de cette visite pour voir comment Marine Le Pen a pris cette entourloupe et si éventuellement elle a digéré la pilule.

Articles similaires:

1 Commentaire

  1. ‘‘La France aux Français’’ & ‘‘L’Afrique aux Africains’’. Autrement dit : [les rouges chez eux] & [Les noirs chez eux], et toutes les maisons seront bien gardées sur la base de la loi de Talion. Moi J’adhère à 100%.
    « Que marine Le Pen se rende aujourd’hui en Afrique pour se donner une stature internationale n’est pas forcément une mauvaise idée pour tous les africains.
    Paradoxalement ! » Oui paradoxalement moi SPD, je suis totalement pour le chacun chez soi. Où se trouve la vraie vie ? C’est chez nous en Afrique. Ce nous fait cruellement défaut, c’est le développement et nous y travaillons de façon égoïste certes en ce moment mais la somme des égoïsmes concoure finalement au bien-être collectif. D’ores et déjà, nous voulons notre indépendance monétaire, financière et économique. Nous ne voulons plus du Franc CFA. On veut mettre en place dans un premier temps une monnaie unique pour les 14 Etats concernés puis à terme, une monnaie unique pour toute l’Afrique. Une seule banque centrale. On veut disposer de notre propre planche à billets, battre notre monnaie pour une indépendance totale vis-à-vis de cette France et on ne veut plus vendre aucune matière première à cette France. Nous acceptons la réciprocité, on commercera avec les autres Etats : Slogan : Le Tout Sauf La France. SPD

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.