Coupe du Monde 2026: Samuel Eto’o Fils annonce son soutien au Maroc

A la veille de son 36ème anniversaire (qu’il célèbre ce jour, 10 mars), la Star camerounaise Samuel Eto’o Fils (SEF, pour les intimes) a fait entendre sa voix sur de nombreux sujets liés au football, à l’humanitaire, etc. Nous revenons sur les ‘‘élans humanistes’’ de l’homme pour livrer son analyse de l’attitude de ses anciens coéquipiers, ceux qui étaient en sélection, ceux qui ont refusé de venir… Pour évoquer ses actions sociales… Et son annonce !

Concernant l’organisation de la Coupe du Monde 2026, Samuel Eto’o affiche clairement son penchant : « Le Maroc aura tout mon soutien s’il est candidat ! » (Morceaux choisis, acte 2)

Comment apprécie-t-il l’attitude de certains joueurs (huit au total) qui ont décliné la sélection nationale à l’occasion de la dernière CAN au Gabon ? Samuel Eto’o, par expérience, estime que le problème est ailleurs : « Vous savez comme moi que les clubs européens font parfois pression sur les joueurs. Et il est normal que ceux-ci réfléchissent. Ils se disent qu’ils pourraient perdre leur place et se retrouver dans les gradins s’ils décident de participer à la CAN. Personnellement, j’ai vécu cette situation quand j’étais à l’Inter Milan, au moment de la CAN 2010 en Angola. Et j’avais décidé d’y participer. Je pense que ce problème ne se posera plus quand, en Afrique, nous aurons des dirigeants assez forts, et donc des sélections plus fortes, pour ne pas céder aux pressions des clubs, même si ce sont eux qui sont les employeurs des joueurs. Jouer pour son pays, c’est quelque chose d’unique. »

Pas courroucé le moins du monde avec ceux qui ne sont pas venus, et très admiratifs des ‘‘anciens’’ qui étaient là et qui ont été selon lui exemplaire. Samuel Eto’o s’exprime à leur sujet : «Je tiens d’ailleurs à dire que Nkoulou et Aboubakar ont été exemplaires de professionnalisme. Ils n’étaient pas titulaires, mais ils ont eu un comportement irréprochable, et le Cameroun leur doit beaucoup dans cette victoire. »

Prolifique sur les stades, généreux en dehors, Samuel Eto’o Fils est aussi adulé dans son pays pour son esprit de partage, ses actions sociales, ses largesses. Quand il est invité à parler de ses actions humanitaires, de l’aide qu’il propose aux réfugiées victimes des exactions de Boko Haram, on découvre l’humaniste, le philanthrope. Samuel Eto’o fils joue la carte de la générosité en toute l’humilité : « Je pense que c’est normal pour un africain d’aider son continent. » Sur Boko Haram, il s’affiche stoïque : «  Nous devons vivre avec ses actes, mais continuer à lutter. Il ne faut pas baisser les bras. Car il se passe des choses terribles en Afrique, et chez moi, au Cameroun, où des gens sont victimes d’atrocités. Quand je peux aider, j’estime que c’est mon devoir. » Dans le secteur de la santé, il rappelle : «  J’ai financé la construction d’un hôpital pédiatrique à Douala, car on ne peut pas tout attendre des pouvoirs publics. »

Avec SEF, tout a commencé par le football, tout se rapporte très souvent au football. On finira donc par le football, notamment sur la question de l’organisation de la Coupe du Monde 2026. Chez Samuel Eto’o Fils, la question est tranchée et son choix est connu : « Si le Maroc est candidat à l’organisation de la Coupe du Monde 2026, il aura mon soutien » Pour SEF, ‘‘Le Maroc (…) est un grand pays de football, à tous les atouts pour organiser un tel événement.

Articles similaires:

1 Commentaire

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.