Turquie: en position de force, Erdogan provoque et menace les européens

En TurquieRecep Tayyip Erdogan a trouvé le filon d’or. Depuis les dernieres interdictions de manifestations pro-Erdogan dans plusieurs pays européens,  le président turc a désormais la parole libérée.

Il peut aisément surfer sur la vague de tensions communautaires qui fait rage dans les pays européens.  Une vague de tensions qu’a soigneusement attisé l’extrême droite européenne avant de trouver un relai qui risque d’être difficile à gerer.

Furieux, le president turc a d’abord accusé les pays européens de retomber dans le nazisme d’avant guerre. Répétée à de nombreuses reprises lors de meeting et de sorties télévisées,  cette accusation a vite laissé place à des menaces soigneusement proférées.

Lire Turquie : Erdogan appelle les Turcs vivant en Europe à faire plus d’enfants

Le levier migratoire, la vraie force d’Erdogan

Erdogan a-t-il les moyens de sa politique? Pas si sûr si on reste strictement dans le domaine des capacités militaires du successeur de l’Empire Ottoman.

Mais les choses ne sont pas si simples. En effet, bien que militairement plus faible que la coalition à laquelle elle s’attaque, la Turquie d’Erdogan dispose d’atouts considérables qui ne vont pas tarder à faire fléchir l’Europe.

En tête de liste : le flux migratoire que la Turquie est censée réguler afin d’empêcher les migrants d’envahir les pays européens:

Si vous voulez, nous pouvons ouvrir la porte aux 15.000 réfugiés que nous bloquons chaque mois et vous couper le souffle (…) Vous devez garder à l’esprit que vous ne pouvez pas vous livrer à des jeux dans la région sans tenir compte de la Turquie ” a clairement menacé le ministre de l’intérieur turc.

Outre la question des réfugiés, il se pose également la question de l’allié stratégique qu’est la Turquie, non seulement dans la région,  mais également dans le monde musulman. La Turquie est certe plus faible que les pays européens,  mais reste très forte dans le monde musulman. Et par les temps qui courent, il est plus judicieux d’avoir des amis dans ce milieu.

La Turquie l’a si bien compris, qu’elle en joue, en mimant un rapprochement avec la Russie, avec laquelle elle ne partage pourtant pas ni l’idéologie, ni les objectifs dans la région. Mais pour y parvenir, Erdogan a besoin de son peuple. Il les surchauffe donc, quitte à parler de guerres de religions très prochaine en Europe, où toujours selon lui on a “lancé une croisade contre” les musulmans.

En clair, Erdogan crie et menace, et l’Europe finira tôt ou tard à baisser l’échine. Parce qu’elle n’a pas vraiment le choix.

Articles similaires:

1 Commentaire

  1. Le flux migratoir pour empêcher 15000 migrands d’entrer en europ chaque mois est une force tranquille pour le président turque l’Europe n’a pas une porte de sortie ici voilà pourquoi il menace les europeens

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.