PARTAGER
Photo ONU/Cia Pak

Comme la majorité de ses homologues, le président nigérian Muhammadu Buhari était à New York à l’Assemblée générale des Nations Unies. Occasion également pour le président nigérian de montrer à ses compatriotes qu’il va mieux. Mais le président Buhari n’a pas que fait acte de présence. Il a également prononcé un discours devant l’assemblée. 

Un appel à prendre des mesures contre le massacre des Rohingyas

Dans son discours le président nigérian a eu une pensée pour les Rohingyas, la minorité musulmane persécutée et massacrée en Birmanie. Parlant de situation humanitaire accablante, Muhammadu Buhari a comparé la situation en Birmanie à celle de la Bosnie en 1995 et du Rwanda en 1994. Pour lui, la communauté internationale doit agir :

La communauté internationale ne peut pas garder le silence et ne pas condamner l’horrible souffrance causée par ce qui semble être, de toute évidence, un programme d’État de dépeuplement brutal et arbitraire des régions habitées par les Rohingyas au Myanmar sur la base de l’origine ethnique et de la religion.” a indiqué le président Buhari.

Il y a quelques heures, la dirigeante Aung San Suu Kyi pointée du doigt a fait un discours qui n’a visiblement pas rassuré la communauté internationale. Prix nobel de la paix, elle a été très critiquée pour sa gestion de la crise dans le pays.

3 Commentaires

  1. Oui bien sûr l ONU doit agir et condamné ce massacre car l humanité doit pouvoir se sentir sécurisée. On ne peut pas continuer dans ce sens de vie. Pour des raisons non fondée on massacrer tout un groupe ethnique, vraiment ça fait pitié.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here