USA : Donald Trump souhaite le licenciement d’une journaliste qui l’a traité de suprémaciste blanc

AP Photo/Alex Brandon

Aux USA, une polémique est née après les propos jugés scandaleux d’une journaliste de la chaîne sportive ESPN. Sur twitter, Jemele Hill, une journaliste du groupe appartenant à Disney a fait des déclarations qui ont scandalisé la Maison-Blanche.

Traitant tout d’abord Donald Trump d’ignorant, elle a poursuivi en répondant à un internaute : «Donald Trump est un suprémaciste blanc qui s’est largement entouré d’autres suprémacistes blancs». Une déclaration qui n’a pas plu au principal concerné qui par la voix de Sarah Huckabee Sanders, porte-parole de la maison blanche a affirmé que ces commentaires scandaleux peuvent être considérés comme un motif de licenciement.

La Chaîne ESPN s’est quelques heures plus tard désolidarisée des propos de la journaliste. Toutefois elle ne sera finalement pas licenciée, la chaîne affirmant qu’elle a présenté ses excuses suite à cette polémique.

2 Commentaires

  1. DE MON OBSERVATOIRE

    PRESIDENT DONALD TRUMP, LAISSEZ LA PAUVRE JOURNALISTE TRANQUILLE …

    Président Donald Trump, serait-ce du au fait que la pauvre journaliste Jemele Hill, exerce aux USA que vous aviez demandé son licenciement de la chaîne de télévision ESPN ?

    Quand vous crachez votre vénin sur le continent africain, ses dirigeants et son petit peuple, personne ne demande aux yankees de vous chasser du pouvoir ! Et pourtant, vous nous chargez de tous les péchés d’Israël, nous accablez matin, midi et soir, nous décrivez comme des incapables.

    S’il vous plait, arrêtez d’exiger le licenciement des hommes et femmes qui portent un regard critique sur votre action.

    Si vous n’êtes pas un suprémaciste blanc entouré d’autres suprémacistes blancs, où est le problème ? La chaîne de TV ESPN et la journaliste Jemele Hill, qui vous ont déjà présenté publiquement leurs excuses, auront juste donné un jugement de valeur qui n’en valait pas la peine.

    Mais, de grâce, arrêtez de prendre des décisions extrêmes chaque fois que vous faites l’objet d’une critique véhémente de la part de vos compatriotes. Vous n’êtes plus un simple business man. Vous êtes le 45ème chef de la Maison Blanche élu au suffrage universel.

    Souffrez donc que tous vos gestes soient épiés et vos actions, analysées à la loupe. Travaillez à rassembler autour de vous blancs, noirs et métis car vous n’avez pas d’autre choix si vous entendez présider aux destinées d’un grand pays appelé Etats-Unis d’Amérique.

    Hormis Jemele Hill, savez-vous ce que pensent les citoyens du monde de vous et de votre gouvernance depuis votre accession à la magistrature suprême de votre beau pays ? Probablement pas.

    Ceci devrait être pourtant votre préoccupation n°1. Pour la bonne et simple raison que tout ce que vous faites en tant que chef de l’exécutif américain vous survivra d’une manière ou d’une autre. Comme une tâche indélébile. Que vous le vouliez ou non !

  2. DE MON OBSERVATOIRE
    PRESIDENT DONALD TRUMP, LAISSEZ LA PAUVRE JOURNALISTE TRANQUILLE …

    Président Donald Trump, serait-ce du au fait que la pauvre journaliste Jemele Hill, exerce aux USA que vous aviez demandé son licenciement de la chaîne de télévision ESPN ?

    Quand vous crachez votre vénin sur le continent africain, ses dirigeants et son petit peuple, personne de demande aux yankees de vous chasser du pouvoir ! Et pourtant, vous nous chargez de tous les péchés d’Israël, nous accablez matin, midi et soir, nous décrivez comme des incapables.

    S’il vous plait, arrêtez d’exiger le licenciement des hommes et femmes qui portent un regard critique sur votre action.

    Si vous n’êtes pas un suprémaciste blanc entouré d’autres suprémacistes blancs, où est le problème ? La chaîne de TV ESPN et la journaliste Jemele Hill, qui vous ont déjà présenté publiquement leurs excuses, auront juste donné un jugement de valeur qui n’en valait pas la peine.

    Mais, de grâce, arrêtez de prendre des décisions extrêmes chaque fois que vous faites d’une critique véhémente de la part de vos compatriotes. Vous n’êtes plus un simple business man. Vous êtes le 45ème chef de la Maison Blanche élu au suffrage universel.

    Souffrez donc que tous vos gestes soient épiés et vos actions, analysées à la loupe. Travaillez à rassembler autour de vous blancs, noirs et métis car vous n’avez pas d’autre choix si vous entendez présider aux destinées d’un grand pays appelé Etats-Unis d’Amérique.

    Hormis Jemele Hill, savez-vous ce que pensent les citoyens du monde de vous et de votre gouvernance depuis votre accession à la magistrature suprême de votre beau pays ? Probablement pas.

    Ceci devrait être votre préoccupation n°1. Pour la bonne et simple raison que tout ce que vous faites en tant que chef de l’exécutif américain vous survivra d’une manière ou d’une autre. Comme une tâche indélébile. Que vous le vouliez ou non !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.