PARTAGER

L’extrémisme et son principal corollaire, l’intolérance religieuse, ont manifestement encore de beaux jours à venir. C’est la triste conclusion à laquelle on en vient quand on prend connaissance de l’épilogue judiciaire de l’effroyable fait divers qui s’est produit en Egypte en début d’année. Précisément le 02 janvier dernier.

Ce jour-là, dans la ville de Constantine, un Copte, 61 ans, est paisiblement assis dans son magasin de vente de boissons alcoolisées. C’est alors qu’a surgi comme de nulle part un homme. Cet homme, la cinquantaine, Adel Abou al-Nour el-Sayed, s’est approché du vendeur de boissons alcoolisées et lui a tranché la gorge sans ménagement. Pendant son procès (qui a connu un verdict hier jeudi), le meurtrier, Sayed, qui revendique et assume son acte sans état d’âme, a déclaré qu’il tuerait tous les vendeurs d’alcool s’il le pouvait. Carrément !

Verdict : la peine de mort (à confirmer)

A l’issue du procès pour meutre de cet Egyptien de confession musulmane sur un chrétien, le verdict est donc tombé. Sayed, a été condamné à la peine capitale par un tribunal d’Alexandrie. Avant de prononcer cette sentence, le Tribune a pris le soin de consulter le mufti d’Égypte, qui est chargé (même si son avis n’est pas contraignant), d’interpréter la loi musulmane auprès des autorités et qui avalise généralement les peines capitales.

Seulement, ce verdict (qui peut encore faire l’objet d’un appel) suffira-t-il à calmer les extrémismes dans ce pays, l’Egypte, où la minorité copte a subi de nombreuses attaques ces dernières années ? Rien n’est moins sûr.

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here