PARTAGER

Il s’appelle Fabrice Afane Allogo. Il est le procureur de la région d’Oyem, au Gabon. Il vient d’être suspendu de ses fonctions par son supérieur hiérarchique, le procureur général près la Cour d’appel d’Oyem.

Une décision ‘‘en bois’’ ?

Pour justifier cette suspension, la hiérarchie écrit que le mis en cause s’est « « illustré par une insubordination hiérarchique caractérisée, des absences injustifiées, des procédures irrégulières et des saisies illégales de grumes ». Le mot ‘‘grumes’’ saute aux yeux. Le bois ! Une richesse qui, comme on le sait, est au cœur de l’économie gabonaise et suscite de fait assez de convoitises. Serait-ce là la véritable pomme de discorde dans ce climat délétère qui vaut aujourd’hui à Fabrice Afane Allogo d’être suspendu de ses fonctions pour trois mois pendant lesquels il ne sera pas payé comme l’a indiqué sa hiérarchie ?

Selon plusieurs sources en effet, la disgrâce de Fabrice Afane Allogo trouverait sa source dans les liens présumés de ce dernier avec un chinois exploitant de bois assez connu dans la région. Cet exploitant chinois serait un protégé du procureur suspendu. Les petits exploitants locaux de bois estiment d’ailleurs que le procureur suspendu trancherait les conflits à leur détriment et en faveur de l’exploitant chinois. En janvier dernier, comme pour apporter du crédit à ces allégations, la Confédération des petites et moyennes entreprises dénonçait un secteur bois ‘‘passé sous la tutelle de la justice locale’’. Allez comprendre !

Fabrice Afane Allogo victime de sa rigueur ?

Dans la région, le sujet est très sensible, très commenté, et tous ne l’analysent pas de la même manière. D’autres sons de cloches se font ainsi entendre, et indiquent que le procureur Fabrice Afane Allogo est simplement victime d’une cabale aux allures de représailles. Une source bien introduite fait état de ce que Fabrice Afane Allogo enquête sur un possible trafic de Kévazingo, une variété de bois très demandée par les asiatiques.

Le magistrat aurait découvert un vaste réseau de corruption entre les exploitants locaux de bois et les fonctionnaires de leur ministère de tutelle (Eaux et Forêts) autour de la délivrance des permis d’exploitation moyennant de juteux bakchichs . Le magistrat aurait alors resserré les contrôles, allant jusqu’à saisir de la marchandise et mettre en garde à vue un exploitant local. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase ? Pour les tenants de cette thèse, il ne fait aucun doute à leurs yeux que c’est la colère ainsi déchainée des exploitants locaux et leurs accointances avec les milieux politiques qui ont eu raison du procureur et entrainé sa suspension…

Fabrice Afane Allogo, magistrat sulfureux, ayant le goût du luxe, arrogant, insubordonné, selon ses détracteurs ; ou simplement magistrat victime de son professionnalisme et de sa rigueur ? Une chose est certaine : des zones d’ombres crépitent autour de la suspension de ce procureur

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here