PARTAGER

Plus de six mois après la proclamation officielle des résultats de la dernière l’élection présidentielle gabonaise, Jean Ping, arrivé en deuxième position, continue de se voir en occupant ‘‘légitime’’ du Palais de bord de mer (présidence gabonaise).

Avec ses partisans, l’ancien ministre (et gendre) de Bongo-père continue de contester la victoire de Bongo-fils. Aidé et porté par ses partisans, Ping n’en démord toujours pas ; au contraire, il multiplie les démarches, notamment en direction de l’Union européenne (Ue), pour faire triompher ‘‘La vérité des urnes’’ et voir ainsi le fauteuil présidentiel lui échoir. C’est d’ailleurs ce qui ressort clairement des propos de Jean-Gasparg Ntoutoume-Ayi (porte-parole de Jean Ping) qui, présent à Paris le 1er mars dernier en provenance de Bruxelles, a dévoilé le contenu de leur démarche auprès de l’Union européenne. Et quand on écoute le camp Ping, on ne peut s’empêcher de réaliser que certains ont la mémoire courte…

Au plus fort de la crise post-électorale en Côte d’Ivoire en 2011, Laurent Gbagbo, parfois sur le ton de la supplication, enjoignait ses interlocuteurs au recomptage des voix, implacable démarche, selon lui, pour faire triompher la vérité des urnes et mettre fin au conflit qui déchirait alors son pays. Parmi lesdits interlocuteurs, il y avait un certain Jean Ping, alors président de la Commission de l’Union Africaine, dont il est utile de rappeler ici la fin de non-recevoir qu’il réserva à la requête de Gbagbo.

Cinq années plus tard, précisément en septembre 2016, quand le même Jean Ping a demandé le recomptage de voix après l’annonce des résultats de la présidentielle gabonaise, c’est à peine si certains partisans de Laurent Gbagbo ne sont pas morts des suites d’une overdose de rire. Aujourd’hui encore, Ping et ses partisans sont à pied d’œuvre du côté de la capitale de l’Union européenne, pour faire triompher ce que Laurent Gbagbo appelait ‘‘La vérité des urnes.’’

Jean Ping toujours déterminé …

Le 1er mars dernier, en écoutant le porte-parole de Ping déclarer : « Il y a eu une élection, on sait qui a gagné (…) Il faut arrêter le jeu du qui perd gagne. Il faut nous organiser, prendre du temps mais traduire dans les faits le résultat du scrutin », certains ont cru entendre Gbagbo, cinq ans plus tôt. Pourtant, dans le camp Ping, on croit dur comme fer que, cette fois-ci, la cause de la ‘‘vérité des urnes’’ sera entendue. Comment Jean Ping et ses affidés comptent-il s’y prendre ? Le porte-parole du candidat malheureux à la présidentielle du 27 août 2016 répond sans sourciller : « Des sanctions ! Le sujet devrait être évoqué lors du Conseil des affaires étrangères de l’UE le 8 mars à Bruxelles. Nous sommes favorables à des sanctions ciblées à l’encontre de certaines personnes plutôt que des sanctions économiques générales qui pénaliseraient des programmes sociaux ou le travail des ONG. Nos interlocuteurs européens sont d’accord avec nous sur ce point-là».

 Des explications qui traduisent une certaine détermination, autant qu’elles ouvrent la porte à quelques interrogations, notamment sur l’intérêt que l’Ue aurait à accompagner le camp Ping. Sur cet aspect aussi, Jean-Gaspard Ntoutoume-Ayi qui semble avoir réponse à tout, explique : « Il y a (…) un risque pour l’UE de perdre de son crédit si elle ne fait pas preuve de fermeté vis-à-vis du Gabon. Elle ne peut pas se permettre de voir s’installer une ‘‘jurisprudence Gabon’’… »

Cette forme de jusqu’auboutisme porté par un optimisme béat du camp Ping va sans doute faire rire plus d’un au sein de l’opinion internationale. Même si personne ne se fait aucune illusion quant à l’issue de cette démarche en cours auprès de l’Ue, Jean Ping et les siens, eux, y croient. Bien avant, Gbagbo et les siens, eux, y ont cru…

PARTAGER

20 Commentaires

  1. Jean Ping qui est utopiste parce qu’il croit reconquérir ”son posté”, n’a qu’à suivre le désordre politique de la France. Des détournements à droite, au centre et pire à gauche où un chef d’État en fonction jette l’éponge avant le coup de sifflet de l’arbitre.
    Jean Ping et les siens font pitié en comptant sur les colonisateur s qui nous tant privé de démocratie et d’indépendance véritables. Ils peuvent toujours continuer de rêver. Ping est quand-meme chinois!!!

  2. Honte à ces piteux! Honte sur pingpong et ses affidés! Ping n’a qu’à occuper sa “présidence” de l’union européenne. N’importe quoi! De vrais abrutis! Utilisons vrais mots pour décrire ces rats de ville.

  3. Un connaisseur présente des faits. D’abord, Gbagbo a fait plusieurs fois la prison parcesu’il s’est toujours battu pour les droits de l’homme, la liberté des africains et la démocratie dans son pays. Il ne s’est jamais compromis ni avec un pouvoir corrompu, ni servi les impérialiste. Ping a été le bras droit du père Bingo dans la vente de son pays aux intérêts étrangers. Il n’a rien à foutrr avec les problèmes du gabonais moyen. C’est un cancer politique. A ce jeu, c’est une honte de le comparer à un Gbagbo qui se bat pour la justice. En quoi l’auteur compare le président ivoirien, otage des occidentaux, c’est le recomptage des voix que les deux demandent. Gbagbo dans une logique de paix pour tous et jean ping a refusé cette mesure, soutenu par ses soutiens occidentaux. Jean Ping le demande par arrogance et son argument, c’est qu’il a trop servi les intérêts des blancs et il doit être récompensé. Quelle perspective pour le gabonais?

    • La logique de pingpong est celle d’un karate kid chinois. Quand c’est l’autre qui fait, c’est mauvais, c’est mal. Mais quand c’est moi qui fais la même chose, c’est du beau! Mdr. Pingpong le ringard, avec ses yeux venus d’ailleurs là!

  4. Jean ping. Il y a une expression française que adore est : ça n’arrive pas qu’aux autres. Fais toi sienne de cette expression Jean ping.

  5. 2 arbres plantes le même jours n auront pas les formes,l apparence et les fruits identique donc votre parallèle avec Laurent est un non sens pour des sois disant professionnels. P.s j me suis inscrit a votre newsletter y a 3 jour!!! Suis déçu.merci

    • Constipation intellectuelle va vous tuer. Pauvre nègre à la mémoire courte prêt à vendre sa maman au premier venu pour des miettes. Vous comparez un grand Homme comme Gbagbo à Jean ping-pong le lèche-botte. Honte à vous

  6. Faire de cette affaire un parallèle avec le cas L.Gbagbo est une méconnaissance extrême de l’actualité.Pour des professionnels de l’info comme vous,c’est scandaleux !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here