PARTAGER

Dans notre numéro spécial toile africaine, nous allons aborder cette semaine les mésaventures de deux stars de la toile francophone africaine

En effet, en l’espace de quelques jours, deux stars africaines du net ont subi des mésaventures qui ont été largement diffusées sur les réseaux sociaux.

Deux stars du web humiliées

Pour ceux qui ne le connaissent pas Bravador est disons-le, un humoriste ivoirien qui a pris comme habitude de poster des vidéos dans lesquelles il s’en prend généralement à d’autres internautes connus, ou dans lesquelles ils donnent quelques conseils à ses followers.

I don’t understand, je comprends pas, il faut qu’on m’explique” Une des tirades populaires de l’internaute

Avec ses tirades populaires et ses attaques, Bravador s’était attiré la sympathie (voir la haine) de près de 250.000 personnes sur Facebook. Mais voilà, depuis quelques jours, l’internaute est la risée de la toile, et ce au-delà de la Côte d’Ivoire.

La cause : Ce dernier a toujours affirmé être en France, mais certains internautes ont révélé qu’il était plutôt en Tunisie. Une information qui peut paraître anodine, mais qui, contre toute attente a déchaîné les détracteurs du web-activiste. Plusieurs centaines de commentaires on déferlé sur la toile pour vilipender le jeune ivoirien.

Des dizaines d’internautes ont publié des vidéos dans lesquelles ils s’en prenaient à Bravador.

Invité à se prononcer sur le sujet, Bravador a déclaré qu’il est victime du succès de ses vidéos dénonçant le fait que des internautes qui aimaient auparavant ses vidéos en viennent à l’insulter. Il affirme que ne pas donner sa position géographique c’est aussi préserver sa sécurité. Il affirme avoir été piégé par une personne avec qui il a prit une photo en Tunisie. 

La seconde star qui a été victime de son succès c’est également un ivoirien. Encore plus connu que le premier, Observateur ébène, de son vrai nom Florent Amany. Humoriste reconnu, avec des vidéos aux millions de vues, Observateur comme il se fait appeler est très populaire.

L’origine de son malheur vient d’une prise de position dans le clash qui a opposé le rappeur franco-sénégalais Booba et l’autre rappeur français d’origine ivoirienne Kaaris.

Pour avoir pris position pour Booba, l’humoriste s’est fait gifler apparemment par un fan de Kaaris en plein Paris. Pour couronner le tout, des vidéos de l’humoriste ont été ensuite diffusées peu après l’incident provoquant une vague d’indignation. Pourquoi s’attaquer à quelqu’un qui vit de son travail: l’humour? Le jeune homme a pourtant réussi avec peu de moyens à se hisser parmi les meilleurs dans le domaine en Afrique francophone.

La notoriété et ses revers

Même si ces deux événements n’ont pas été accueillis de la même manière sur la toile en Afrique de l’Ouest, cela remet au goût du jour, les méfaits de la popularité. Il est clair que ses deux internautes ont été traités de la sorte rien que parce qu’ils étaient très suivis.

Ils goûtent ainsi aux “joies” de la popularité qu’ont déjà connues leurs compères occidentaux. Quand on est connu, on est toujours la cible d’autres personnes, et ce, même pour des raisons farfelues.

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

  1. Ils continuent de courir, de sauter et de danser alors que nous avons de sérieux problèmes.
    Franc CFA : Hollande se dit ouvert aux propositions des pays africains
    « “En prévision de la réunion des Ministres de la zone franc CFA qui se tiendra en avril à Abidjan, François HOLLANDE a réaffirmé son ouverture à toutes les propositions que les Etats membres de la zone pourraient formuler à cette occasion (…)” Et le président français d’insister : cette monnaie appartient aux pays de la zone. Avis que ne semble définitivement pas partager les détracteurs du Franc CFA. »
    D’abord pour commencer une précision de taille : nous ne sommes pas des détracteurs mais des opposants voire des pourfendeurs de la monnaie coloniale. Nous voulons :
    1 – Redonner généreusement à la France ce qu’elle nous a donné pour continuer à mieux nous exploiter et sans vergogne : le Franc des Colonies Françaises d’Afrique. Déjà la dénomination est abjecte pour des pays soi-disant indépendants depuis plus de 50 ans.
    2 – Il n’existe aucune souveraineté sans politique monétaire et sans politique budgétaire. Tout le monde le sait.
    3 – La politique monétaire, donc battre sa propre monnaie est une arme redoutable au service de la croissance et du développement. Et ces zones du continent africain utilisateurs des FRANCS CFA, CFP, CFAC sont allègrement démunis de cette prérogative.
    4 – Combien de nos dirigeants ont été assassinés ou renversés ou emprisonnés ou isolés par la France en raison de leur projet d’avoir leur propre planche à billets. Des noms ! Olympio, Sékou Touré, Gbagbo, Sankara, Modiba, Kadhafi … Si ce n’est pas l’argent, c’est le pétrole, Nos Ressources !
    5 – Nous ne voulons plus que la France nous expédie la masse monétaire qui doit être en circulation dans nos Etats c’est-à-dire des expédients. C’est un jeu de dupe. Elle envoie juste le minimum pour nous maintenir en situation de dépendance. Depuis quand le maître libère l’esclave ?
    6 – Nous ne voulons plus le monopole honteux que vous avez sur nos ressources. Les contrats bidons qui stipulent que toute matière première doit être proposée prioritairement à la France et c’est quand la France n’en veut pas, que nous pouvons vendre ailleurs. Pour les sceptiques : l’exemple de l’uranium du Niger et le pétrole du Gabon.
    7 – Nous ne rembourserons aucune dette, tout doit être effacée. De qui se fout-on ? Qui doit de l’argent à qui ? Je connais le principe de comment la France prête aux états africains leur propre argent. Comme ce qui se pratique dans le secteur de la grande distribution. Par ailleurs où sont passés nos milliards d’intérêts ? Et les 500 millions de dollars par an sur la communication téléphonique pendant 40 ans ? Et les 60% que vous nous avez volés sur nos exportations de matières premières depuis 70 ans dans la zone CFA, CFP, CFC, Haïti [en l’état de mes recherches plus de 10 mille milliards d’euros mêmes les autres Etats tels l’Allemagne, la Suisse, l’Espagne, la Russie … sont outrés. J’en passe et j’en laisse. Notre OR !
    8 – François Hollande et Alassane Ouatara, ne torpillez pas le processus de notre vraie indépendance. Attention aux présidents africains, ne tomber pas dans le piège du ‘’diviser pour mieux régner’’. Il est hors de question que chaque pays batte sa monnaie. On veut une monnaie unique en lieu et place de ce qui convient d’appeler désormais le feu CFA.
    9 – Reprenons entièrement le projet de Kadhafi et c’est cela que nous voulons faire et rien d’autre : le FMA, le Gold Standard exchange, UEA …. Les présidents des Etats africains pour une fois, soyez courageux, soyez unis dans l’adversité [la France n’a pas des amis, elle n’a que des intérêts]. Vous avez ‘’laissé’’ assassiner Kadhafi par lâcheté alors que vous avez tous mangé dans sa main. Honorer au moins sa mémoire en mettant ses projets en place.
    10 – Le principe est simple : SPOLIEUR-PAYEUR. Pour les sceptiques allez sur You Tube et taper le franc CFA, ensuite taper les vraies raisons de l’assassinat de Kadhafi. Quittons ensemble ce CPI, un costard taillé sur mesure pour les africains, alors qu’en principe, ce sont les Nicholas Sarkozy, Georges Bush, Bernard Henri Levy … qui devraient y être. Honte à la France d’avoir mis en place pour les Etats francophones ce que les Nazis lui ont fait sur leur propre monnaie autrefois. Décidément les peuples, les Etats qui ont commis les pires ignominies au monde, de ceux-là, nous n’avons pas de leçon à recevoir. [Je fais l’économie de l’esclavage, de la colonisation, du néocolonialisme, des chaires à canon, les expériences chimiques et biochimiques]. Le jour viendra où tous ses comptes vont être soldés. D’abord, développons-nous et ne rien attendre de l’étranger. Quand on sera fort économiquement et militairement la France va devoir rendre gorge. EN DEFINITIVE, NOUS VOULONS UNE MONNAIE UNIQUE, CONVERTIBLE, SANS ARRIMAGE, PLUS DE MONNAIE DE SINGE, POUR LES 14 ETATS (8 DE L’AFRIQUE DE L’OUEST + LES 6 DE L’AFRIQUE CENTRALE) ET UNE SEULE BANQUE CENTRALE SANS AUCUNE INTERVENTION NI AUCUN LIEN AVEC LA FRANCE DANS NOTRE POLITIQUE MONETAIRE, BUDGETAIRE, CONJONCTURELLE : LA MAITRISE DE NOTRE ECONOMIE PUBLIQUE. ON VEUT BATTRE NOTRE PROPRE MONNAIE PAR NOS PROPRES PLANCHES A BILLETS ET EN FINIR AVEC L’ESCLAVAGE ECONOMIQUE MONETAIRE ET FINANCIER. TROP C’EST TROP. PLUS DE BAISERS ITALIENS. SPD

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here