PARTAGER
AP Photo

Assoiffé de pouvoir pour exercer son contrôle sur son pays, le président Recep Tayyip Erdogan remporte avec juste 51,3% de voix à travers le référendum constitutionnel de ce dimanche. Mais cette victoire suscite déjà des remous dans le rang de ses opposants qui relèvent des fraudes massives qui émailleraient ce processus et ne comptent pas baisser les bras.

C’est la liesse populaire dans les grandes villes de la Turquie. A Istambul, les militants et symphatisants du parti AKP, parti proche du pouvoir sont descendus dans les rues, notamment devant le siège de leur parti politique pour crier à la victoire. En effet, selon les résultats rendus publics par le président de la Commission électorale, le  «oui» a obtenu 51,3% de voix.

Mais de nombreuses irrégularités ont marqué ce référendum selon les adversaires du président. La promptitude de la commission électorale du pays jouant in inextremis, au sapeur pompier et qui promet revoir certains cas de fraudes mis en branle par les opposants ne calme pas les esprits surchauffés depuis ce dimanche soir. Du coté de la communauté internationale, la victoire du président turc suscite déjà moult réactions.

Union européenne, position mi-figue mi-raisin

Au truchement d’un communiqué le président de la Commission européen s’est prononcé sur les résultats de ce vote  de la nouvelle constitution turque. Jean-Claude Juncker prend acte des résultats de  ce référendum constitutionel.

« Nous prenons note des résultats du référendum », indique-t-il.

Mais, ce diplomate européen précise: « Au vu du résultat serré du référendum et des implications profondes des amendements constitutionnels, nous appelons (…) les autorités turques à rechercher le consensus national le plus large possible dans leur mise en oeuvre », signale-t-il encore dans sa déclaration. Pour rappel, les relations entre Akanra et l’Ue étaient déjà en mauvaise passe et  certainement ce dernier évènement va encore compliquer le rapport des deux pays qui ont besoin de fumer le calumet de la paix pour la stabilité de la région.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here