PARTAGER
Photo : ALEXANDER ZEMLIANICHENKO / POOL / AFP

Entre la Russie et les USA, les dossiers de divergence sont connus. Une fois encore, à l’ONU, les deux pays se sont opposés quant à la mission d’enquête sur l’utilisation des armes chimique en Syrie.

Une mission que Washington a voulu prolonger pour permettre d’évaluer sur une nouvelle période d’un an, la situation réelle en Syrie sur ce plan. Mais pour la Russie, une telle prolongation n’aura pas lieu d’être tant que le rapport de l’ONU sur la question n’était pas rendu public.

C’est donc logiquement que le pays de Vladimir Poutine a opposé son veto au conseil de sécurité de l’ONU sur le sujet.

Pour rappel, alors que les USA accusent le régime de Bachar al-Assad d’avoir fait usage d’armes chimiques, ce dernier affirme qu’il s’agit d’une stratégie de l’état islamique qui tente de lui faire porter le chapeau de cette attaque (menée en réalité par les terroristes selon la Syrie). La Russie avait pris fait et cause pour son allié affirmant attendre une enquête impartiale avant de porter des accusations contre le régime syrien.

Avec l’aide de la Russie, le régime Assad a pu reconquérir une grande partie de son territoire, les terroristes ayant été chassés de la plupart de leurs bastions. Quant au reste du territoire syrien il est entre les mains des kurdes et autres alliés des occidentaux.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here