PARTAGER

Répondant aux questions d’étudiants à l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouaga1, le président français Emmanuel Macron a abordé entre autres la question du Fcfa, en lançant la balle aux présidents africains concernés.

Tel un professeur devant ses étudiants, Emmanuel Macron a apporté des éclaircissements sur les préoccupations qui taraudent les étudiants burkinabés. Sur la question du Fcfa qui est considérée une monnaie de domination et de servitude, le président français reconnaît que la France n’en est pas le maître, mais qu’elle en est le garant.

Plus loin, il explique que ce sont les Etats africains membres de la zone Cfa, qui sont les maîtres de leur destin et peuvent choisir de quitter ou de rester dans ladite zone.

« N’ayez pas sur ce sujet une approche nettement coloniale ou anti impérialiste, ça n’a aucun sens » a souligné le président Macron avant d’exhorter les étudiants à avoir une vraie réflexion technique et économique pour leur pays.

D’un autre côté, il a assuré que l’Etat français accompagnera la solution qui sera trouvée par l’ensemble des présidents de la zone ayant en partage le Fcfa. Aussi s’est-il favorable au changement de nom et de périmètre.

« S’ils veulent même supprimer cette stabilité régionale et c’est mieux pour eux, moi je considère que c’est eux qui décident donc je suis favorable » a –t-il ajouté.

Très confiant, il confie que « c’est pour la France un non sujet, mais pour vos dirigeants un vrai sujet de stabilité qu’il faut aborder avec beaucoup de tact ». Par ce fait, il renvoie la balle aux dirigeants africains en les mettant devant leur responsabilité.

PARTAGER

12 Commentaires

  1. c’est bizarre, un petit de trentaine vient encore une fois nous défier pire encore chez nous. les dirigeant eux même savent qu’ils n’ont pas ce pouvoir la de quitter la zone F CFA.
    Sinon on quitte rien ne se passeras. regardons le Ghana et le Nigeria il gèrent eu même leur liquidité.

  2. sauf erreur de ma part, EM a dit « N’ayez pas sur ce sujet une approche BÊTEMENT coloniale ou anti impérialiste, ça n’a aucun sens » et pas nettement

  3. Moi je ne crois même pas à un seul mot de ce qu’il dis, sinon il n’a même pas besoin de venir dire tout ce qu’il a raconté on ne l’a pas invité il sait à quoi il joue.

  4. C’est de la pure démagogie. Qu’est ce que la France a demandé une seule fois aux “presidents” africains qu’ils n’ont pas exécuté avec la plus haute performance ?
    Si Macron est sincère, qu’il écrive ou invite officiellement, par les voix et moyens appropriés à ces soit disant africains d’abandonner cette monnaie, rassurez vous que sans lavis des techniciens des 2 banques centrales en moins de 48h ce serait fait. Mais la France ne le fera JAMAIS puisqu’elle en gagne plus que tous les pays concernés.

  5. Il y a eu un Protectorat de la France (depuis le Général de Gaulle) sur les colonies françaises qui interdit à ces colonies de ne pas battre monnaie. Et ce sujet a été hors question pendant les indépendances politiques. Macron le sait très bien. Maintenant s’il dit la balle est dans le camp des ex colonies il n’y a plus de raison pour que les dirigeants africains ne pensent plus par eux-mêmes pour leur monnaie.

  6. Il sait ce qu’il dit. Si cela s’avérait alors
    , il faut vraiment que nos dirigeants prennent une décisions salutaire et courageuse. Car le FCFA ne nous apporte rien.

  7. Est ce à macron qu’on doit poser le problème du franc CFA ? Je ne pense même pas! Puis à cette question, vous vous attendiez à quel genre de réponse ? Pour moi la question doit être l’affaire de nos chefs d’État africains. Macron ne peut dire autres choses que ça.

    • Mais nos dirigeants ont peur de la France. Comme le det est maintenant jeté,ils n’ont qu’à réagir et nous libère de ce fardeau qui empêche le décollage des pays membres de la zone

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here