PARTAGER
Paul Biya

Dans la realpolitik, il n’existe pas de stratégie vaine. Au Cameroun, les autorités gouvernementales ont ainsi opté pour la démarche de l’Espagne pour en finir avec les velléités sécessionnistes. 

Dans le monde plusieurs pays sont secoués par des volontés sécessionnistes. A part le cas de l’Espagne abondamment relayé ces derniers temps par les médias internationaux, deux cas similaires existent pourtant en Afrique. Ainsi, au Nigéria et au Cameroun, les autorités ont décidé de lutter sans faille contre les indépendantistes. Si le Nigéria a récemment opté pour l’indemnisation des victimes de la guerre du Biafra en plus de la répression, le Cameroun lui a opté, comme l’Espagne, pour le lancement de mandats d’arrêts contre les leaders des mouvements indépendantistes.

«Les informations exclusives font état de dossiers préparés, montés et transmis à la police internationale en une seule phase. La préparation des mandats en question a mobilisé de hauts responsables de la police, la gendarmerie, la magistrature, ainsi que des agents spéciaux «avant mais surtout après le 22 septembre 2017» rapport un journal camerounais.

Selon certaines indiscrétions, Sisiku Ayuk Tabe chef des indépendantistes serait visé. Plus d’informations dans nos prochaines parutions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your name here
Please enter your comment!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.