PARTAGER
Photo: Maréchal Haftar

Une attaque à Benghazi hier a failli emporté un de membres du gouvernement reconnu par la communauté internationale en Libye. Faraj Kaïm, puisque c’est de lui qu’il s’agit, se rendait dans l’Est du pays quand l’attentat est survenu. Cette attaque vient enfoncer le clou dans plaie

Faraj Kaïm était un proche du Maréchal Haftar et a dirigé la brigade anti-terroriste qui avait mené une lutte sans relâche contre les djihadistes à Benghazi. De 2014 à 2016, il a été le compagnon de lutte du Maréchal Haftar. Mais en 2016, Faraj Kaïm s’est allié au gouvernement reconnu par la communauté internationale et est nommé vice-ministre de l’intérieur après avoir rompu sa collaboration avec son désormais ex-compagnon après l’assassinat de personnalités de sa tribu en pointant du doigt le Maréchal Haftar. Depuis lors Khalifa Haftar avait défendu à l’aile rivale de venir dans l’Est du pays.

Si Faraj Kaïm a réussi à échapper à cette attaque, ces gardes du corps eu moins de chances. Quatre d’entre eux ont été blessés. Une nouvelle fois, le Maréchal Haftar est désigné comme le cerveau de cet attentat. Cette nouvelle attaque vient enfoncer le couteau dans la plaie puisqu’elle remet sur la table la crise entre le gouvernement reconnu par la communauté internationale et la région Est du pays.

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here