PARTAGER
Photo : Reuters/Czar Dancel

LNT vous l’avait rapporté à de nombreuses reprises. Le président philippin Rodrigo Duterte n’a pas sa langue dans sa poche. Quand il s’agit de s’attaquer à un de ses homologues qui le critique, ou à des responsables étrangers, Rodrigo Duterte ne fait pas dans la dentelle.

Lors d’une assemblée à laquelle il assistait, le président philippin a d’abord choqué l’assistance en faisant une révélation à laquelle personne ne s’attendait: A l’âge de 16 ans, il aurait poignardé à mort un individu qu’il n’a pas identifié, et ce pour une “question de regard”. Vérité ou simple envie de jouer au dur? Pour l’heure rien n’est sûr.

Mais l’autre déclaration qui a retenu l’attention des personnes présentes reste sa violente attaque contre Agnès Callamard, rapporteure spéciale de l’ONU sur les exécutions arbitraires. Celle qui avait déjà critiqué la politique de lutte contre la drogue instaurée par le président philippin, en a pris pour son grade. Dénonçant ce qu’il a qualifié d’ingérence dans la politique intérieure du pays, le président philippin a menacé de la gifler s’il la rencontrait.

Outre la rapporteure de l’ONU, il a également qualifié de fils de pute, tous ceux qui oseraient critiquer sa politique. Pour rappel, malgré les critiques à l’étranger, le président philippin reste très populaire dans son pays.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here