PARTAGER

Il en fait un combat symbolique. Stromae, le chanteur belge d’origine rwandaise a décidé de se lancer dans une campagne contre un médicament qui a failli lui coûter la vie. Pas à cause de la toxicité dudit médicament, mais des possibles effets secondaires sur certaines personnes le consommant.

Pour comprendre l’affaire, il faut remonter en 2015, lors de la tournée africaine de l’artiste. Alors qu’il avait pris le Lariam pour prévenir la malaria (le paludisme), Stromae a dû être évacué de toute urgence suite à une réaction inattendue au médicament :

«J’ai subi des effets secondaires du Lariam. (…) J’étais stressé, j’étais épuisé. Tout prédisposait à péter un plomb, mais l’accélérateur c’était le Lariam (…) Mon frère a eu le déclic. Il s’est rendu compte qu’il y avait un truc qui n’allait pas. Et je pense que s’il n’avait pas été là, je me serais sans doute suicidé cette nuit-là. Ça, c’est sûr… » a-t-il déclaré dans un documentaire qui va être diffusé sur le 29 novembre prochain sur la chaîne française France Ô.

Ce n’est pas la première fois que le médicament est critiqué pour ses effets secondaires. Un petit tour sur la toile fait ressortir des centaines de témoignages de victimes. La parole de la star, qui a décidé depuis ces événements de quitter la scène musicale, va sûrement aider la cause des détracteurs du Lariam.

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here