PARTAGER

Au Togo, la crise qui a conduit les populations et les membres de l’opposition à prendre d’assaut les rues des villes du pays, se poursuit inexorablement. D’aucuns se demandent alors pourquoi malgré les assurances du président togolais Faure Gnassingbé, les populations sont-elles toujours autant en colère?

La principale revendication des populations n’est pas toujours satisfaite

Pour comprendre la colère des populations, il faut remonter aux sources du problème. Les populations ont décidé de manifester depuis déjà quelques semaines, parce qu’elles veulent du changement à la tête du pays. En effet, demander une révision de la constitution n’est qu’une étape pouvant conduire au changement secrètement voulu par les opposants: le départ définitif de Faure Gnassingbé du pouvoir à l’issue de son mandat.

Or il s’avère que ce changement tant voulu n’est pas clairement perceptible dans les propositions faites par le pouvoir togolais.

Une révision de la constitution mais aucune garantie sur le départ de Faure Gnassingbé

En effet, la révision de la constitution voulue par le président Faure n’intègre pas le paramètre de son départ du pouvoir à l’issue du mandat actuel. Un départ qui pourrait être remis en cause par une éventuelle candidature. La crainte de fraudes pour le faire passer une nouvelle fois n’arrange pas non plus le problème.

Sur ce plan, le président Gnassingbé n’a pas voulu faire de concession. Certains soupçonnent donc une volonté de se représenter lors des prochaines élections. Voilà en réalité le nœud du problème. On pourrait donc dire pour mettre fin aux revendications, il est impérieux que le président Gnassingbé donne la garantie qu’il ne se représentera pas en limitant effectivement les nombre de mandats de manière irréversible.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here