PARTAGER
Constantino Chiwenga, Chef de l'armée zimbabwéenne Photo: AFP

L’intervention militaire qui a conduit à la démission du Président zimbabwéen, Robert Mugabe n’est pas contraire à la constitution.

C’est en tout cas ce que pense un tribunal d’Harare qui estime que cette intervention est “légal“. Le tribunal va plus loin en justifiant ce coup de force par la volonté d'”empêcher des proches de Robert Mugabe d’occuper des fonctions électives“. Pour rappel, le Président Mugabe a été contraint à démissionner après l’interveniton de l’armée qui a pris le contrôle du pays suite au limogeage du vice-président Emmerson Mnangagwa. Celui-ci a été investi hier, vendredi 24 Novembre 2017, en attendant les prochaines joutes électorales.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here