PARTAGER
Benjamin Netanyahu (tient une bible) et son épouse Sara (Photo: Marc Israel Sellem/Flash90)

Le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, est un passionné de la Bible. Il a l’habitude de se référer à des passages du livre Saint pour expliquer ses positions et sa politique. Seulement, ces interprétations ne sont pas toujours vus d’un bon oeil. Mohammad Javad Zarif, le ministre des Affaires Etrangères iranien, ne s’est pas caché pour critiquer les positions du Premier ministre israélien. Au cours d’une interview à la chaîne américaine NBC, il a relevé les erreurs d’interprétation de l’Ancien testament.

«Il déforme même ses propres textes sacrés ! Si vous lisez le Livre d’Esther, vous verrez qu’en fait, c’est le souverain iranien qui a sauvé les Juifs» lance Mohammad Javad Zarif avant d’ajouter «C’est vraiment très regrettable de pousser la bigoterie au point de proférer de telles allégations contre un peuple qui a sauvé les Juifs par trois fois au cours de l’histoire …»

Netanyahou et la Bible

En Mars 2017, alors qu’il effectuait une visite à Moscou, Netanyahou a associer l’Iran à l’antiquité perse et tentait de démontrer au Président Poutine que les descendants des Perses voulait « détruire l’Etat hébreu» en faisant référence à l’allégorie de la fête traditionnelle juive de Pourim: célébration de la fin du joug d’un Vizir de la Perse Antique. En réponse, Poutine avait affirmé que «nous [vivions] aujourd’hui dans un autre monde» et que cette histoire s’était produite 500ans avant notre ère.

Devant l’Assemblée Générale des Nations Unies,  c’est un Netanyahou encore plus convaincu qui a prononcé son discours. S’appuyant sur l’histoire, d’Abraham, père d’Ismaël et d’Isaac, il a démontré que les dépouilles d’Isaac, Jacob, Sarah, Rebecca […] et Léa appartiennent au patrimoine palestinien par l’entremise de l’Unesco. Une nouvelle fois il renvoie les participants à la lecture du livre Saint qu’il recommande fortement et confie qu’il lit chaque semaine le Livre Saint qui est bien noté sur Amazon.

Lors de sa récente visite à Paris, il s’est une nouvelle fois référer à la Bible notamment à l’ancien Testament. «Il y a un livre de très bonne qualité que vous pouvez lire. Il s’agit de la Bible», a-t-il affirmé devant le Président Macron.

 

2 Commentaires

  1. A mon avis, si les palestiniens peuvent justifier leur présence sur la terre de Jérusalem avant la naissance de l’islam et de l’époque où avait existé Abraham , Moise et les autres prophètes, ils ont le droit de réclamer ce territoire. Mais au cas où ce peuple serait arrivé à la faveur de l’expansion de l’islam, ils ne doivent pas se considérer propriétaire de ce territoire. Car , ce territoire appartenait aux juifs plus de 3000 ans avant Jésus. Le calendrier grégorien a pris naissance avec la naissance de Jésus. Toute l’histoire de Jésus et des prophètes qui l’ont précédé, ont eu lieu sur ces territoires de Jérusalem. Nazareth, Galilée, Canaan et j’en passe. Si l’islam est fondé six siècles après la naissance de Jésus, soit en l’an 632, comment les palestiniens peuvent devenir propriétaires d’un territoire où habitaient d’autres peuples près de 4000 ans plus tôt ? S’ils ont conquis ce territoire par la guerre, ils se sont faits aussi dépossédés de ce territoire par la guerre, donc match nul. Les israéliens n’ont fait que reconquérir ce qui appartenait à leurs aïeux. S’il en est ainsi, pourquoi cet acharnement à vouloir partager Jérusalem ? Quelqu’un peut il oser partager la Mecque et la Médine ? Visiblement, quelqu’un est de mauvaise foi. Qui ? Je ne saurais le dire. Ce n’est pas parce qu’un mensonge est répété plusieurs et par plusieurs individus qu’il devient vérité. La vérité n’est pas plurielle même si elle est relative. C’est ce que je crois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your name here
Please enter your comment!