PARTAGER

20 mars. C’est aujourd’hui la journée internationale de la francophonie. L’édition 2018 a lieu sous le thème «La langue française, notre trait d’union pour agir». Mais au-delà d’une langue, il s’agit plus d’une édition d’appel à la solidarité entre les humains pour bâtir un monde de justice et de paix, gage d’un développement durable pour tous.

C’est du moins ce à quoi appelle le secrétaire général de la Francophonie Michaëlle Jean, dans son message officiel à l’occasion de cette journée. Elle invite à «Agir en parlant d’une voix forte pour dénoncer les dérives de la mondialisation, la violation des droits et des libertés, particulièrement des femmes, les appels à la haine et au rejet de l’autre, l’obscurantisme et la terreur». C’est un idéal pour lequel tous les peuples doivent selon elle saisir «l’occasion de cette Journée internationale de la Francophonie, pour réaffirmer avec vigueur et détermination leur volonté d’agir toujours plus et toujours mieux ensemble».

Michaëlle Jean exhorte à « agir en s’entraidant, solidairement, fraternellement, pour briser les solitudes générées par l’indifférence et l’égoïsme ; agir en dialoguant avec tous les partenaires : les États et gouvernements, le secteur privé, les organisations internationales, les institutions financières, les agences de développement, les acteurs de la société civile, les organisations non gouvernementales, pour mieux construire ensemble au plus près de la diversité des réalités du terrain et des attentes exprimées.»

Message de la Secrétaire générale de la Francophonie, Mme Michaëlle Jean

La langue française est en perpétuel mouvement.

Ses mots brassent, tout à la fois le passé, le présent, mais aussi l’avenir dont l’investissent, au quotidien, des dizaines de millions d’hommes et de femmes, des dizaines de millions de jeunes sur les cinq continents, repoussant ainsi toujours plus loin les confins de l’espace que recouvrent les 84 États et gouvernements de la Francophonie.

La langue française retrace la géographie du monde en créant des liens choisis entre des peuples des déserts et des rizières, des îles et des continents, des forêts boréales et tropicales, des plaines et des montagnes, des peuples qui, sans elle, ne se seraient peut-être jamais rencontrés et qui, ensemble, peuvent témoigner de l’état de la planète.

La langue française brave les frontières, défie les distances, en nous invitant à transcender nos différences et nos divergences. Au nom d’une vision partagée pour un humanisme partout rétabli avec dignité, dans le respect des droits et des libertés. Au nom d’une vision partagée de notre destinée humaine, qui ne pourra s’épanouir pacifiquement que dans un environnement mondialisé plus équitable, plus démocratique, plus respectueux du bien commun de l’humanité.

La langue française ne dit pas seulement le monde qu’elle veut dès aujourd’hui pour demain, elle préside à toutes les initiatives, toutes les stratégies, toutes les solutions que nous mettons en oeuvre, ensemble, sur le terrain, pour concrétiser ce projet à l’échelle des cinq continents.

La langue française est notre trait d’union pour agir.

Agir sans complexes, en investissant, en français, avec toujours plus d’audace et de fierté, tous les champs de l’activité humaine : la gouvernance démocratique, l’éducation de base, la formation professionnelle et technique, l’enseignement supérieur et la recherche, les industries culturelles, les médias, l’économie et l’entrepreneuriat, le numérique et l’innovation technologique, le développement durable.

Agir en s’entraidant, solidairement, fraternellement, pour briser les solitudes générées par l’indifférence et l’égoïsme.

Agir en dialoguant avec tous les partenaires : les États et gouvernements, le secteur privé, les organisations internationales, les institutions financières, les agences de développement, les acteurs de la société civile, les organisations non gouvernementales, pour mieux construire ensemble, au plus près de la diversité des réalités du terrain et des attentes exprimées.

Agir en partageant nos expériences, nos réussites, nos expertises qui irriguent tout l’espace francophone. Nous avons encore tant à apprendre les uns des autres.

Agir en parlant d’une voix forte pour dénoncer les dérives de la mondialisation, la violation des droits et des libertés, particulièrement des femmes, les appels à la haine et au rejet de l’autre, l’obscurantisme et la terreur.

Alors, saisissons l’occasion de cette Journée internationale de la Francophonie pour réaffirmer avec vigueur et détermination notre volonté d’agir toujours plus et toujours mieux ensemble, au nom de l’idéal qui nous unit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here