PARTAGER

Masa. Ce n’est plus le Marché des arts du spectacle africain. Il est désormais défini comme le Marché des arts du spectacle d’Abidjan. C’est l’une des réformes apportées à ce festival lors de la 10e édition qui se tient depuis le samedi 10 mars 2018 à Abidjan. L’information a été donnée mercredi dernier par le Directeur de l’événement, professeur Yacouba Konaté, à la faveur d’une conférence de presse. Ainsi, 25 ans après, la Côte d’Ivoire qui a su convaincre les initiateurs de ce grand événement de sa capacité à l’abriter, arrive à imposer son identité là-dessus déjà à partir de l’appellation.

Pour mémoire, le Masa est une proposition des ministres de la culture et de la francophonie, pour la coopération culturelle entre les pays francophones. Acceptée et portée par l’Organisation internationale de la francophonie, le marché des arts africains devrait être accueilli par la République démocratique du Congo (Rdc), notamment à Kinshasa en 1990. Mais le processus n’est pas allé à son terme à cause des troubles socio-politiques survenus. Pour relever le défi, le choix a été porté sur le Togo.

Malheureusement, pour cause de crises socio-politiques encore, le Masa connaitra le même sort. C’est alors que Henriette Dagri-Diabaté, alors Ministre de la culture et de la Francophonie de la Côte d’Ivoire, annonce la volonté et la disponibilité de son pays à accueillir l’événement. C’est ainsi que le Masa connut sa première édition en 1993, et ce avec un succès qui a poussé l’Organisation internationale de la francophonie et les autres partenaires à donner l’autorisation à la Côte d’Ivoire d’abriter les éditions suivantes du Masa, qui au départ devrait être itinérant.

Depuis, la Côte d’Ivoire se l’est approprié avec un fort investissement de l’Etat ivoirien. Il est même devenu le grand sponsor avec 60% du budget, selon les propos du professeur Yacouba Konaté. Et c’est l’une des raisons de la présente réforme

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here