PARTAGER
Photo : BILL CLARK/CQ ROLL CALL VIA GETTY IMAGES

John Paul Stevens, ancien juge la Cour Suprême des États-Unis, appelle son pays à revoir la constitution afin de mieux réguler le port d’armes. Créé en réponse à la tuerie de Parkland, qui a fait 17 morts dans un lycée Floridien, le mouvement civique américain « Marchons pour nos vies » est en train de prendre une ampleur considérable Outre-Atlantique. Récemment, c’est John Paul Stevens, ex juge la Cour Suprême des États-Unis – l’institution gardienne de la Constitution – qui s’est exprimé à ce sujet, via une longue tribune publiée dans le New York Times.

Avouant avoir été impressionné par cet engagement civique, l’ancien juge estime qu’aujourd’hui, la population est largement en faveur d’une loi réduisant l’accès au port d’armes. Appelant ainsi à interdire les fusils d’assaut, mais également à relever l’âge légal du port d’armes de 18 à 21 ans, celui-ci appelle cependant les manifestants à en demander plus, quitte à « exiger l’abrogation du second amendement de la constitution », amendement considéré comme intouchable par les défenseurs du port d’armes.

En effet, ce texte explique que pour qu’un État libre soit bien protégé, il lui faut une milice bien organisée. Le peuple a de fait, le droit de détenir ou de porter des armes et ce droit, ne sera pas transgressé. Un texte très clair donc, mais qui, selon John Paul Stevens, sonne quelque peu comme un vestige du 18e siècle.

Mais, les États-Unis sont-ils prêts à revoir leur constitution et à se séparer définitivement ce second amendement ? Sans doute pas, tant le pays est très attaché au respect de cette dernière. Cependant, il semblerait que le pays soit au bord de la rupture et une nouvelle loi visant à mieux réguler le port d’armes semble être indispensable afin de régler une situation compliquée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your name here
Please enter your comment!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.