PARTAGER

Il s’agirait ici d’un revirement politique notoire et surtout, inattendu de la part de Donald Trump. Selon les récentes déclarations du président Trump, les Américains pourraient en effet quitter la Syrie, et ce, très rapidement. Sans donner de date précise, le président Trump a ainsi assuré que ses troupes allaient bientôt reprendre la totalité du califat de l’État islamique, dont les combattants djihadistes ont été chassés par la coalition américaine et leurs alliés arabo-kurdes d’un côté et le régime syrien de Damas accompagné de ses alliés russes et iraniens de l’autre.

Actuellement, quelque 2,000 hommes seraient sur place. Cependant, si ceux-ci ont bien évidemment envie de rentrer chez eux, les récentes déclarations du président Trump semblent aller à l’encontre de ce que son ex-secrétaire d’État, Rex Tillerson, déclarait il y a encore quelques semaines.

En effet, selon lui, les États-Unis ne partiraient pas directement après la défaite de Daesh, mais resteraient bien sur place afin de chasser al-Assad, mais également afin de contrer l’influence grandissante de l’Iran dans cette région. Celui-ci avait entre autres, appelé à ne pas faire les mêmes erreurs qu’en 2011 lorsque les États-Unis sont partis trop vite d’Irak, permettant de fait à Al-Qaida de survivre et de se développer, donnant ainsi « vie » à l’État islamique.

Un revirement de situation inattendu, même pour la Maison-Blanche puisque la porte-parole du département d’État, Heather Nauert a assuré ne pas être au courant d’un changement de ligne politique sur ce dossier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here