PARTAGER

L’ex-première dame du Zimbabwe est sur la sellette. Elle est accusée dans une affaire de trafic d’ivoire et de thèse de sociologie qui lui a été rédigée par un autre dont elle se dit propriétaire. Après la chute de son mari, Grace Mugabe est impliquée dans une vaste affaire d’exportation illégale de défenses d’éléphant du Zimbabwe vers la Chine. Selon les sources, elle fait l’objet d’une enquête judiciaire, car elle aurait exercée cette activité illicite avec de faux permis d’exportation des pointes d’ivoire pour des dons à des dirigeants étrangers. Des permis qu’elle aurait reçus en exerçant des pressions sur l’administration zimbabwéenne.

D’après les révélations d’un photographe australien, une organisation de braconniers rassemblait l’ivoire et le cédait à Grace Mugabe contre rémunération. Les cargaisons de la première dame ne subissent aucun contrôle à l’aéroport avant d’être convoyées vers les Etats-Unis, la Chine et aux Emirats.

Selon la police, les complices de l’ancienne première dame seront bientôt écoutés par des enquêteurs. Grace Mugabe n’échappera pas à cette procédure selon les médias locaux. Une enquête spéciale sera également ouverte pour élucider les conditions de délivrance du doctorat de la femme de l’ex dictateur du pays par l’Université de Zimbabwe.

1 COMMENTAIRE

  1. Décidément les choses se compliquent pour cette dame. Est-ce que l’ex président,son mari, pourra tenir le coup vu le poids de l’âge qu’il porte déjà?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here