PARTAGER

La valorisation du patrimoine culturel de la ville de Porto-Novo, préoccupe à plus d’un titre l’artiste sculpteur de fer Pascal Sètondji. Ce dernier a fait une exposition le 14 avril 2018, à la galerie de la Médiathèque de la Diaspora à Cotonou. Cette exposition dénommée « Xwendoté », est faite majoritairement de ferraille, notamment des gonds, des dents de roues, des bougies de motos, de vieux moteurs d’engins, de gentes de roue de moto et autres, à travers lesquels l’artiste sculpteur a présenté le patrimoine culturel de la ville aux trois noms.

Quelques participants à ce vernissage ont fait savoir leurs impressions. « En visualisant ces œuvres, j’ai compris que ce n’est pas seulement les discours qui vont changer ou contribuer au développement de notre culture, mais plutôt les actes… », a laissé entendre Jeanne, étudiante. Quant à Jules Koukpodé, Directeur de la médiathèque, il a fait savoir qu’à travers cette exposition, l’artiste sculpteur va mieux se faire connaitre et également valoriser notre culture et spécifiquement celle relative au patrimoine culturel de Porto-Novo, en tant qu’atout de développement ». Selon ses propos « ces sculptures reflètent non seulement l’importance du patrimoine culturel, mais propose un plan d’action pour la pérennisation de la culture des Aïnonvis ».

Interrogé, l’initiateur de cette exposition « Xwendoté » a expliqué que ce patrimoine culturel de la ville capitale de notre pays, se meurt et disparait progressivement de nos cultures, d’où cette exposition des représentations de femmes exécutant le Adjogan, dont des princesses de la cour royale ; du dieu du fer appelé Ogou ; du Kpakliyao, roi des Zangbétos ; etc. Cette exposition « Xwendoté », prend fin le 05 mai 2018 à la Médiathèque de la Diaspora

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your name here
Please enter your comment!