PARTAGER

Le Bénin a pris part du 25 au 31 mars 2018, aux 3es championnats d’Afrique de scrabble francophone (Champas), à Bamako. A l’issue de ces championnats, le Bénin obtient quatre médailles dont deux en or. Dans cet entretien, le président de la Fédération béninoise de scrabble, le colonel Roland Renaud Kouton, donne ses impressions après la performance des scrabbleurs béninois. Il donne une explication de la mauvais performance du bénin en scrabble classique, et lève un coin de voile sur l’objectif du Bénin au prochain mondial.

Les scrabbleurs béninois ont ramené quatre médailles des récents championnats de scrabble francophone. Qu’est-ce que vous ressentez en tant que président de la Fédération ?

Les quatre médailles, deux or et deux argent récoltées à Bamako, sont les fruits des efforts soutenus des joueurs et du bureau de la Fédération béninoise de scrabble (FéBéSc), mais aussi de simples passionnés de scrabble. En effet, les résultats des championnats d’Afrique 2016 à Lomé et 2017 à Abidjan, ont blessé l’amour propre de tous les scrabbleurs. Auréolés de notre titre de champion du monde 2014 de scrabble classique, nous avions inconsciemment dormi sur nos lauriers.

‬Le Bénin a fait mieux que les deux premières éditions. De l’échec de 2016 à 2018, qu’est-ce qui a pu changer dans l’organisation, pour que le Bénin s’impose de la sorte ?

Les clés de notre renouveau sont à rechercher dans notre révolte collective. Nous ne pouvions pas accepter de nous contenter des strapontins au niveau continental. Je parlais tantôt des efforts d’anonymes passionnés de scrabble. A cet effet, je voudrais rendre hommage au commissaire aux comptes de la FéBéSc, M. Samuel Kinha, qui à travers son creuset «En route pour le haut niveau», a permis à beaucoup de scrabbleurs y compris nos 04 meilleurs scrabbleurs, de densifier leur vocabulaire.

Président, on a vu que le Bénin s’est montré actif au cours de ce championnat, que ce soit en Blitz, en Elite, en paires duplicate ou en défi africain. Malheureusement, en classique le Bénin n’a pas été très loin. Peut-on avoir une explication à cela ?

Le Classique comporte une part d’impondérables comme la pioche (tirer de bons jetons), et l’inspiration du moment. Nous étions partis pour y remporter l’or. A l’issue des 11 parties sur 14, notre champion du monde Julien Affaton était en tête des 84 compétiteurs. Mais à la dernière journée, les dieux de la pioche l’ont lâché, et dans ces conditions il n’y avait plus rien à faire. Il a perdu ses 03 derniers matchs pour se retrouver 15e place, à l’issue des 14 rondes prévues. C’est aussi çà la magie du scrabble classique. C’est une variante du scrabble qui ouvre constamment le suspens. Même un joueur Duplicate de 3e série qui maîtrise la technique du classique, peut devenir champion du monde dans son bon jour.

Après le Champas 2018, les regards sont désormais tournés vers le championnat du monde de scrabble. Comment comptez-vous effectuer ce déplacement et quels seront vos objectifs ?

Les championnats du monde auront lieu cette année à Mont Tremblant au Québec, à la mi-juillet. L’objectif sera de faire un podium, n’importe lequel. Parce que les championnats du monde, c’est une trentaine de pays dont la France, la Belgique, le Québec et la Suisse. Le niveau y est beaucoup plus relevé, surtout depuis la venue du monstre Néo-zélandais Nigel Richards, qui broie tout sur son chemin.

Le ministère des sports a tenu promesse en octroyant les subventions aux Fédérations, dans le premier trimestre de l’année. Le scrabble a eu une petite augmentation…

La Fédération a effectivement vu son budget subvention passer de 20 à 25 millions. Je voudrais en savoir gré au ministre, et souhaiter qu’il l’augmente encore l’année prochaine, au vu de la performance réalisée par ma Fédération. D’autant plus que cette augmentation est transversale.‬

A quand l’organisation du Champas au Bénin ?

En raison des performances constantes réalisées par le Bénin, les appels de pied des scrabbleurs du monde pour organiser un Champas ou un Championnat du monde sont récurrents. Nous avons l’ambition donc d’organiser les Champas 2020.

Je voudrais inviter mes amis scrabbleurs à ne jamais céder au découragement. La Fédération n’a pas reçu un kopeck avant l’expédition malienne. Ce sont ses membres qui se sont cotisé pour rassembler l’argent minimum nécessaire à l’expédition. De ce fait, la taille de la délégation a été amputée de moitié. Les résultats leur donnent raison, et apaisent leur ressentiment. Tout est grâce !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your name here
Please enter your comment!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.