PARTAGER

Trente sénégalais sont dans les mailles de la justice de leur pays. Soupçonnés d’avoir créé un réseau de djihadiste au Sénégal, ceux-ci se sont présentés ce jour au tribunal. Au cœur de cette affaire, l’iman Ndao originaire de Kaolack. Celui-ci serait le meneur de ce groupe de présumés terroristes. Reportée à plusieurs reprises, le procès a effectivement démarré ce jour malgré les inquiétudes de la défense qui exige un procès impartial.

En effet, les avocats de certains accusés avaient fait remarquer qu’il n’avait pas reçu la notification de modification de l’ordonnance de renvoi. Cette requête a été rejetée par Samba Kane, le juge en charge du dossier qui pense que le procès devrait commencer puisque depuis deux ans, certains accusés sont privés de leur liberté.

En dehors de l’imam Ndao qui risque gros, un autre prévenu pourrait écoper d’une lourde peine. Il est soupçonné d’avoir intégrer les forces de la secte djihadiste qui sévit en Afrique de l’Ouest précisément au Nigeria depuis plusieurs années. Du côté de ses avocats qui visiblement sont sereins, les preuves sont inexistantes. Notons que la plus part des personnes sur le banc des accusés sont des jeunes hommes de moins de 40ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here