PARTAGER

De jeunes béninois ont entamé depuis mars dernier, une formation en dessin animé 2D et 3D, initiée par le réalisateur Jean-Pierre Tardivel dans le cadre d’un projet qui devra conduire à la création d’un studio de production de dessins animés au Bénin. Le réalisateur français de dessin animé Jean-Pierre Tardivel, réunit autour de lui depuis le 5 mars 2018, une douzaine de jeunes béninois à qui il transmet un héritage.

Il s’agit de son expérience de plus de quatre décennies en dessin animé. «Quand on commence par prendre un certain âge, on se dit qu’on a un petit héritage à confier ; j’ai eu envie de le communiquer», nous indique-t-il pour justifier la formation qu’il a initiée au profit de ces jeunes béninois et béninoises, retenus au terme d’un appel à candidature en fin 2017. C’est une formation en dessin animé 2D et 3D, dont la première phase est prévue pour durer trois mois. Elle se déroule à Ouidah, et permet déjà d’introduire les stagiaires dans les fondamentaux de ce métier.

«C’est l’initiation. Ils sont rentrés dans plusieurs logiciels», nous apprend Jean-Pierre Tardivel à notre visite sur le site de formation ce vendredi 11 mai 2018, non loin de l’hôtel Terra Nostra à Ouidah.

Le contenu des enseignements reçus pendant deux mois déjà, est assez important aux yeux des stagiaires. « On a commencé par l’animation traditionnelle, c’est-à-dire aller avec le crayon, faire des croquis rapides. On sort dans la ville, on fait des perspectives. Après cela, on a commencé le niveau un peu plus numérique, c’est à dire avec les logiciels. On a eu à étudier pas mal de logiciels. », informe William Houffon, artiste plasticien.

«Nous arrivons vraiment à animer nos propres dessins. Et çà, c’est déjà un grand pas. Tu dessines, et toi-même tu vois ce que tu as dessiné bouger, c’est vraiment formidable. Nous avons des logiciels à l’appui. », renchérit Marcel Atanhlouèto, un autre stagiaire qui veut utiliser ses compétences en informatique de gestion et maintenance réseau, pour nourrir sa passion du dessin animé.

«Avec ça, on peut déjà raconter des histoires, c’est là même l’enjeu. Nous sommes toujours en train d’apprendre les techniques » ajoute-t-il. William Houffon pour qui la réalisation de dessin animé est un rêve de longue date, avoue qu’ils -les stagiaires-, sont sur le bon chemin avec Jean-Pierre Tardivel. « Avec ce qu’on est en train d’apprendre, j’ai l’espoir que je réaliserai mon rêve parce que quand je prends les différents logiciels que nous étudions, je suis capable de produire quelque chose qui montre déjà que je suis sur la voie et que j’y arriverai », se réjouit-t-il.

Le studio comme finalité

Aux dires de Jean-Pierre Tardivel, après cette première partie de trois mois, il y aura probablement une autre session vers la fin de l’année 2018. Mais ce ne sera pas la fin du projet. En réalité informe-t-il, la formation est juste un tremplin. L’objectif à terme, c’est de pouvoir créer un studio de dessin animé au Bénin, qui soit autonome. Ces stagiaires auront déjà de la matière pour l’intégrer. « Et ce sera la dualité formation-production », informe le formateur, initiateur de ce projet soutenu à hauteur de 97% par la France.

« Si on peut vraiment créer ce studio, ce sera une chance pour notre pays », soutient Marcel Atanhlouèto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your name here
Please enter your comment!