PARTAGER

Sale temps pour l’ancienne première dame zimbabwéenne, Grace Mugabe. En effet, celle-ci est rattrapée par une affaire du passé. On se rappelle qu’il n’y a pas si longtemps, plus précisément en août dernier, la première dame zimbabwéenne d’à lors avait été accusé d’avoir brutalisé une jeune femme, la mannequin Gabriella Engels dans un hôtel en Afrique du Sud. Cette affaire qui avait suscité un tollé a l’époque avait connu un revirement spectaculaire puisque l’ancienne première dame a bénéficié d’une immunité diplomatique. Elle a ensuite rallié son pays par un voyage de nuit.

L’ancienne première dame croyait peut être que cette affaire est définitivement conjugué au passé. Seulement cette affaire refait surfait avec une action engagée en justice. En effet, un groupe de pression Afrikaner, AfriForum, a engagé des actions devant la justice souhaite que la haute cour de justice revienne sur sa décision. L’immunité diplomatique dont a bénéficié l’ancienne première dame est remise en cause par le groupe qui représente la présumée victime.

Avec cette nouvelle demande, l’ancienne première dame Grace Mugabe pourrait se retrouvé en difficulté si les juges arrivaient à revenir sur leur décision après deux jours d’étude de la requête. Il faut signaler que Grace Mugabe avait toujours depuis ce moment rejeté les faits qui lui étaient attribués.

3 Commentaires

  1. N est il pas temps d arrêter avec cette mascarade qui en fait est une inutile et aberrante chasse aux sorcières qui n honore pas l Afrique ?
    Une fois qu on quitte le pouvoir en Afrique l on dévient la cible de tous les anciens collaborateurs et même des forces qu on a nourries pendant des décennies. Qu on laisse Mugabe et sa famille tranquille. Quand même !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your name here
Please enter your comment!